Piégé par la faim, il verse un million d’euros à un fraudeur

Il se fait piéger...trop concentré sur son déjeuner.

Umar Mughal, conseiller financier de la National Westminster Bank, une grande banque britannique, s’est fait piéger, le 9 mai 2012, par un fraudeur : le banquier lui a versé 1 million d’euros – sans vérifier son identité -  pour pouvoir aller au plus vite manger son fish and chips. Il est actuellement jugé pour abus de position dominante.

 

Umar Mughal, employé de la NatWest, allait déjeuner alors qu’un client âgé de 91 ans s’est présenté face à lui.

Freiné dans son élan, le banquier décide de s’occuper au plus vite de son client. A tel point qu’il en oublie les contrôles d’identité les plus élémentaires.

C’est ainsi que le fraudeur – déguisé en un vieil homme de 91 ans aux comptes bien remplis – a réussi à faire transférer plus d’un million d’euros (830 000 livres sterling) des comptes du vieil homme à une succursale dans l’Essex (nord-est de Londres) dans laquelle l'escroc travaille.

 

Une erreur inadmissible

Pour l’investigatrice financière Julia Payne, l’erreur n’est pas excusable. Elle déclare dans les colonnes du Daily Mail : "Les gens qui travaillent dans ce domaine savent que l’on peut être ciblé par des fraudeurs et qu’il faut donc être vigilant sur la vérification des papiers d’identité."

C’est le conseiller financier privé du vieil homme qui a tiré la sonnette d’alarme le lendemain. Une fois les transferts de fonds constatés, le conseiller privé a immédiatement appelé la banque. Umar Mughal, en charge du dossier, lui a alors expliqué – à sa grande surprise – que son riche client était passé à la banque la veille.

Le lendemain, alors qu’une enquête avait été lancée pour comprendre ce qu’il s’était passé, Umar Mughal a avoué avoir fait une erreur : il a omis de vérifier l’identité de son client. Processus pourtant très réglementé

 

Jugé pour abus de position dominante

Depuis ce jeudi 9 octobre, Umar Mughal est jugé à la Cour de Old Bailey - Cour centrale de la Couronne britannique - pour abus de position dominante. 

Un "fish and chips" à plus d’un million d’euros, on comprend que le jeune homme souhaite "faire un retour dans le temps et recommencer à travailler normalement."

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles