"This war of mine" : La guerre et ses conséquences

This War of Mine montre la guerre sous l'angle des victimes collatérales. This War of Mine montre la guerre du point de vue des victimes collatérales.[© 11 Bit Studios]

« Dans la guerre moderne… vous mourrez comme un chien sans raison valable ». C’est sur cette phrase d’Ernest Hemigway que débute This War of Mine (en Français « Cette guerre que j’ai vécue »). Disponible sur PC et Mac, le nouveau titre de 11 bit studios ne prend le contre-pied des jeux militaires.

 

Il se pose surtout comme un œuvre sur la guerre et ses conséquences. Salué par la critique, le Washington Post lui a même consacré un article dithyrambique, il s’intéresse aux victimes collatérales et non aux soldats.

 

A la tête d’une poignée de civils, il faudra survivre durant un conflit qui prend place dans la capitale fictive de Pogoren, dont les paysages délabrés et grisonnants ne sont pas sans rappeler Sarajevo en 1992. Le quotidien de ce petit groupe amènera le joueur à tout faire pour les guider au milieu des bombardements et des fusillades.

 

Des choix moraux

Il faudra par exemple se débrouiller pour trouver de la nourriture en faisant les fonds de placards dans une maison abandonnée, récupérer de l’eau de pluie, ou encore réunir des matériaux pour construire un lit de fortune. De petites tâches qui peuvent prendre un temps fou en cette période de conflit, où chaque denrée se fait rare. Le jeu impose aussi des choix moraux (qui nourrir ou qui soigner). D’autant que d’autres groupes de civils convoitent la même chose et peuvent s’avérer devenir des ennemis mortels.

Autre facteur à prendre en compte, le cycle jour/nuit. Car une fois le soleil couché, il sera temps d’explorer d’autres lieux pour ramener des vivre ou des balles de revolver afin de se défendre. This war of mine prend alors des airs de jeu d’infiltration. Il faudra tromper la vigilance des soldats de garde ou d’autres factions de survivants. 

twom2.jpg

© 11 Bit Studios

 

Une réalisation minimaliste

Pour servir son propos, le petit studio polonais à l’origine du titre a opté pour une ambiance où dominent le noir et le blanc. Ses graphismes minimalistes jouent sur ce clair-obscur comme une planche de bd avec un aspect crayonné. Un style qui met en valeur cette quête qui amène, avec brio, à réfléchir sur ce que nous ferions dans une telle situation où tout espoir semble perdu.

A noter, les développeurs de 11 bits studios reversent une partie des recettes de son jeu à War Child, une association qui vient en aide aux enfants victimes de la guerre.

This War of Mine, 11 bit studios, sur PC et Mac.

 

À suivre aussi

vie-numerique Cdiscount développe sa Marketplace
Robe de mariage
Chine Il épouse un robot qu'il a lui-même conçu
vie-numerique Qwant.bzh : un moteur de recherche 100% breton

Ailleurs sur le web

Derniers articles