On a testé «Resident Evil VII», une virée cauchemardesque

Un manoir isolé à la silhouette inquiétante, un bayou sordide au cœur de la Louisiane, des cris dans la nuit… Le décor de la parfaite œuvre horrifique est planté. Le septième opus de la saga Resident Evil ouvre l’année 2017, en venant terrifier les joueurs de PS4, Xbox One et PC.

Un épisode présenté par Capcom comme un retour aux sources de la licence. Celle-ci avait contribué à populariser le genre survival-horror dans le jeux vidéo dès 1996. Et il faut avouer que ces fondamentaux ont été respectés à la lettre, le titre allant même plus loin dans l’effroi, avec une peur viscérale qui s’installe dès les premières minutes.

A lire aussi : Les 12 jeux vidéo les plus attendus de 2017

Pour la première fois de l’histoire de la saga, ­Resident Evil invite à vivre son aventure à la première personne. Le joueur y ­incarne Ethan Winters. Venu ­enquêter sur sa femme disparue depuis trois ans, l’homme retrouve sa trace dans l’étrange ferme des Baker. Une famille dont chaque membre est un psychopathe en puissance et qui va rapidement séquestrer cet invité trop curieux. Dès lors, il faudra trouver le moyen de s'échapper de leur funeste ­bâtisse, peuplée de créatures étranges.

Une expérience VR qui décuple le potentiel du jeu

Moins frénétique que les épisodes V et VI, ce nouvel opus mise sur son ­atmosphère poisseuse et angoissante pour mieux nous faire sursauter, notamment grâce à l’aspect photoréaliste de ses graphismes. Cette vision de l’horreur prend d’ailleurs tout son sens en réalité virtuelle. Car c’est l’autre innovation du titre : les possesseurs de PlayStation VR peuvent vivre l’aventure en totale immersion.

Et c’est sur ce support que le jeu déploie tout son potentiel, l’expérience s’avérant dérangeante, voire cauchemardesque. On se prend à sursauter dès lors que surgit l’un des tueurs à nos trousses ou à retenir son souffle lors de parties de cache-cache effrayantes. Un huis-clos sinistre à souhait, digne des classiques du cinéma de genre, tels «Massacre à la tronçonneuse» (1974) et «La colline à des yeux» (1977).

Resident Evil VII - Biohazard, Capcom, sur PS4, Xbox One et PC, déconseillé au moins de 18 ans.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles