Reportage : après les attentats de Paris, une association fait dessiner les enfants

L'association Pequenos Grandes Mundos a fait dessiner les enfants du centre d'animation de la Place des Fêtes.[Debbie Meichler]

L'association Pequenos Grandes Mundos parcourt la planète pour faire dessiner les enfants. Elle était de passage la semaine dernière à Paris, une semaine après les attentats qui ont frappé la capitale.

Photos : Debbie Meichler

Après avoir sillonné plus de 30 pays depuis deux ans, en Amérique, en Asie, et en Afrique, les trois membres argentins de Pequenos Grandes Mundos, Ivanke, Mey Clerici et Sofia Nicolini, avaient prévu d'achever leur tour du monde en Europe. Mais leur passage à Paris a pris une dimension particulière après les évènements du 13 novembre.

pequenos-grandes-mundos-10.jpg

Chargés d'animer un atelier de dessin au centre d'animation de la Place des Fêtes, les membres de l'association ont demandé aux enfants, âgés de 6 à 11 ans, d'imaginer et de dessiner des super héros. Une manière pour les artistes en herbe d'exprimer leurs émotions.

pequenos-grandes-mundos-6.jpg

"Nous nous sentons plus impliqués que jamais ici, après un évènement si traumatisant, explique Ivanke, responsable de Pequenos Grandes Mundos. Il est important de fournir aux enfants un espace où il se sentent à l'aise pour s'exprimer. Comme nous l'avait dit une petite fille au Japon, parfois certains choses dont vous n'êtes pas conscients s'expriment à travers un dessin. Nous avons donc demandé aux enfants de dessiner un super héros, et nombre d'entre eux ont dessiné des personnages dont la mission était de protéger la France du terrorisme".

pequenos-grandes-mundos-1.jpg

Le souvenir encore vivace des attaques, que les enfant ont vécu à travers la télévision ou les récits de leurs parents, est en effet encore prégnant. Alicia a ainsi dessiné "Super Alicia", qui "lance des protections sur le village pour protéger les gens contre les pistolets, les guerres. Parce qu'il y a des méchants dehors. Avec cette protection, les gentils peuvent entrer dans le village, mais les méchants restent dehors".

pequenos-grandes-mundos-4.jpg

Quant à Julie, elle a imaginé "Super Renard". "Il peut sauter super haut et avec sa queue il peut voler. Il peut aller très vite pour défendre les bébés animaux qui n’ont pas de parents, parce qu’ils les ont abandonnés, explique-t-elle. Là il portège un bébé animal contre un méchant humain, un chasseur avec un fusil. La il voulait tuer un bébé hibou. Ses dents son super pointues et quant elles touchent quelqu’un la personne meurt. J’adore le renard c’est mon animal préféré. Et ma couleur préférée c’est le orange fluo".

pequenos-grandes-mundos-5.jpg

Sarah a dessiné une Barbie améliorée. "Elle peut sauver les gens grâce à ses pouvoirs magiques. Quand il y a un danger elle peut les utiliser. Parce qu’il y a des méchants qui veulent transformer les gens en crapauds. Et après les gens peuvent redevenir comme avant grâce à Barbie. Avec ses ailes, elle peut venir très vite si jamais il y a un danger".

pequenos-grandes-mundos-3.jpg

Après Paris, Pequenos Grandes Mundos achèvera son voyage de deux ans à Berlin, à Budapest et à Istanbul, où ils rencontreront des enfants réfugiés. "Nous visitons des lieux avec des cultures et des religions différentes, explique Ivanke. Mais nous nous sommes rendus compte que tous les enfants avaient beaucoup de choses en commun, leur manière de rire, de s'amuser, de jouer... Et surtout leurs rêves. Même les enfants qui ne vont pas à l'école, qui n'ont pas de parents, qui doivent travailler, qui vivent dans des situations très difficiles, répondent la même choses que les enfants plus favorisés quand ont leur demande quels sont leurs rêves. Cela nous laisse à penser que tout ce dont les enfants ont besoin, ce sont des opportunités".

Pour aider Pequenos Grandes Mundos à poursuivre son aventure, c'est ici.

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles