Discours controversé de Clint Eastwood à la convention républicaine

Après plusieurs jours d'un faux mystère soigneusement entretenu, le légendaire Clint Eastwood a fait jeudi soir une brève apparition à la convention républicaine de Tampa, déclarant que "quand quelqu'un ne fait pas le travail, il faut qu'il s'en aille".[AFP] Après plusieurs jours d'un faux mystère soigneusement entretenu, le légendaire Clint Eastwood a fait jeudi soir une brève apparition à la convention républicaine de Tampa, déclarant que "quand quelqu'un ne fait pas le travail, il faut qu'il s'en aille".[AFP]

Après plusieurs jours d'un faux mystère soigneusement entretenu, le légendaire Clint Eastwood a fait jeudi soir une brève apparition à la convention républicaine de Tampa, déclarant que "quand quelqu'un ne fait pas le travail, il faut qu'il s'en aille".

Le vétéran hollywoodien de 82 ans est intervenu à l'heure de grande écoute à la télévision, juste avant le sénateur de Floride de Marco Rubio, chargé d'introduire le discours très attendu du candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney.

Le héros de "L'inspecteur Harry" a dénoncé comme une "honte nationale les 23 millions de chômeurs" aux Etats-Unis, et estimé qu'il était "temps que quelqu'un d'autre arrive et règle le problème".

"Quand quelqu'un ne fait pas le boulot, il faut qu'il s'en aille", a-t-il insisté, faisant mine par instants de s'adresser directement au président Barack Obama, représenté par une chaise vide installée à ses côtés.

L'acteur-réalisateur aux quatre Oscars était arrivé dans l'après-midi au Tampa Bay Forum, où se tient la convention, pour repérer les lieux.

Celui qui incarna aussi le célèbre "Inspecteur Harry" est un républicain dans l'âme, qui a apporté son soutien à Mitt Romney début août, après avoir soutenu John McCain en 2008. Son dernier film comme acteur et réalisateur, "Trouble with the curve", sort sur les écrans nord-américains le 21 septembre.

L'identité de l'invité mystère de la convention avait fait l'objet de nombreuses spéculations depuis plusieurs jours.

Avant que le nom de l'acteur-réalisateur ne s'impose dans les couloirs, d'autres noms avaient circulé, du milliardaire Donald Trump à l'égérie du Tea Party Sarah Palin, en passant par l'ancien secrétaire d'Etat Colin Powell.

Hollywood, traditionnellement plutôt favorable au camp démocrate, a brillé par son absence à Tampa, à l'exception de l'acteur Jon Voigt, 73 ans, passé côté républicain après une jeunesse des plus subversives et des films comme "Macadam Cowboy" (1969) et "Délivrance" (1972). 

Les hommes de l'ombre de Mitt Romney

Vous aimerez aussi

Donald Trump Tout savoir sur Hope Hicks, la directrice de la communication de la Maison Blanche qui vient de démissionner
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a balayé les accusation américaine d'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016, le 17 février à Munich (Allemagne) lors de la conférence annuelle sur la sécurité. [Thomas KIENZLE / AFP]
Présidentielle américaine «Baratin», «fantasme» : Moscou balaie les accusations d'ingérence électorale
Etats-Unis Oprah Winfrey n'a pas l'intention de se présenter à la présidentielle américaine

Ailleurs sur le web

Derniers articles