Dans cette fac, les hommes s'épilent, pas les femmes

Quatre volontaires de l'université d'Arizona [DR / ASU]

Un bonus octroyé aux étudiantes qui ne rasent pas leurs aisselles et aux garçons qui tentent l'épilation intégrale : tel est le marché proposé par une spécialiste des études du genre de l'université de l'Arizona.

 

Breanne Fahs enseigne les études sur les femmes et le genre à l'Arizona State University (ASU). Pour étudier concrètement les codes et contraintes auxquels doivent se conformer les invidus en fonction de leurs sexes, elle a proposé un "deal" atypique aux volontaires.

Chaque étudiante acceptant de ne pas s'épiler les aisselles et les bras durant dix semaines est ainsi créditée d'un bonus supplémentaire. Idem pour les garçons qui consentent à une épilation intégrale.

Outre ce choix pileux, chaque cobaye volontaire est appelé à tenir un journal précis de son expérience.

 

Violer les normes pour les comprendre

"Il n'existe pas de meilleure façon de comprendre les normes sociétales que de les violer" explique Breanne Fahs dans un communiqué de l'université.

De fait, selon plusieurs participants, l'expérience a été saisissante. L'une des étudiantes a ainsi expliqué que sa mère avait été terrorisée à l'idée qu'elle se marie les aisselles non épilées.

De manière générale, il apparait que les femmes non rasées se préoccupent davantage des réactions de leurs partenaires du moment ou potentiels, tandis que les hommes demeurent plus attentifs au regard de leurs congénères.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles