La tension à son comble en Ecosse à la veille du référendum

La campagne fait rage en Ecosse.[LESLEY MARTIN / AFP]

A quelques jours du référendum sur l'avenir de l'Ecosse, la tension est à son comble au Royaume-Uni.

 

"L’Ecosse doit-elle être un pays indépendant?": à moins d’une semaine du référendum historique sur l’indépendance de l’Ecosse, prévu jeudi, ces huit petits mots mettent le Royaume-Uni en émoi. Ce week-end, les trois quarts des sondages donnaient le "non" gagnant, mais seulement de justesse. 

Pour les partisans d’Alex Salmond, Premier ministre écossais et chantre de l’indépendance, tous les espoirs sont permis. "Rien n’est joué, et cela va nous pousser à redoubler d’efforts", a déclaré hier Blair Jenkins, directeur de campagne du "oui". 

Côté unionistes, on craint un vote de contestation à l’égard du gouvernement britannique: "Chaque voix compte. Il n'y a pas de place pour un vote protestataire quand l'enjeu est si élevé", a martelé le chef de la campagne pour le non", Blair McDougall. 

Plus de 4 millions d’électeurs écossais sont appelés à se prononcer jeudi. Les jeunes de 16 et 17 ans sont exceptionnellement invités à prendre part au scrutin, et devraient massivement participer.

À suivre aussi

Environnement Emmanuel Macron souhaite un référendum sur des propositions de la Convention sur le climat
Un stand du Parti communiste contre la privatisation d'ADP à la fête de l'Humanité en septembre 2019.
Privatisation Vers un référendum sur la privatisation d'Aéroports de Paris ?
Des habitantes de l'île de Bougainville.
Référendum Un nouveau pays dans le Pacifique ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles