Hong Kong : Pékin met en garde contre le risque de chaos

La "révolution des parapluies" dans les avenues de Hong Kong le 1er octobre 2014. [AFP/ Xaume Olleros]

La tension était à son comble jeudi à Hong-Kong. Alors que l’ultimatum lancé au chef de l'exécutif pour qu’il démissionne arrivait à son terme, quelques échauffourées ont éclaté entre les manifestants et la police.

 

Résolues à agir avec fermeté, les forces de l’ordre, approvisionnées en balles en caoutchouc, ont sommé les leaders étudiants de la «révolution des parapluies» de ne plus bloquer l’accès au siège du gouvernement.

Devant ce face à face qui dure maintenant depuis cinq jours, Pékin a mis en garde contre les risques de «chaos» qui menacent l'ancienne colonie britannique. «Les actions d'’Occupy Central’ violent clairement les lois et régulations de Hong Kong» estimait ainsi le Quotidien du peuple, organe du Parti communiste au pouvoir, réaffirmant son «soutien ferme» a une reprise en main par la police.

Un avertissement qui ne semblait pas calmer les manifestants, bien décidés à passer à l’étape supérieure en occupant les principaux bâtiments gouvernementaux de Hong-Kong. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles