Reconnaissance de la Palestine : Londres sous pression

Le Premier ministre britannique, David Cameron. [Luke Macgregor / Pool/AFP/Archives]

Le vote est symbolique, mais il met David Cameron dans une situation inconfortable.

 

Les députés britanniques ont approuvé lundi 13 octobre par 274 voix contre 12 une motion appelant le gouvernement à reconnaître un Etat palestinien.

Le Premier ministre britannique s’est empressé de préciser qu’il ne comptait pas changer de politique étran­gère, rappelant qu’à ses yeux la ­reconnaissance d’un État palestinien doit être le résultat de négociations entre Israël et la Palestine.

 

La colère d'Israël

Ce vote a provoqué la colère d’Israël, qui a ­estimé qu’il "sape les chances d’atteindre une paix véritable", alors que l’Autorité paestinienne saluait au contraire "un pas important en direction de la justice et de la paix".

Selon le député travailliste Grahame Morris, à l’origine de la motion, le vote du Parlement britannique pourrait inciter d’autres pays européens à en faire de même. La semaine dernière, la Suède avait déjà annoncé qu’elle allait reconnaître l’Etat de Palestine, comme l’on déjà fait jusqu’à présent 134 pays. 

À suivre aussi

Moyen-orient Israël : Netanyahu promet d'annexer un pan stratégique de la Cisjordanie s'il est réélu et ravive les tensions
Etats-Unis La page «Territoires palestiniens» disparaît du site de la diplomatie américaine
Une photo prise le 22 juillet 2019 montre l'élue américaine Rashida Tlaib [BILL PUGLIANO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives]
Moyen-orient Israël interdit l'entrée sur son territoire à deux élues américaines

Ailleurs sur le web

Derniers articles