Législatives en Tunisie : Ennahda reconnait sa défaite

Le président d'Ennahda, Rached Ghannouchi. [CC / Ennadah/Flickr]

Le parti islamiste tunisien Ennahda est arrivé en deuxième position aux élections législatives de dimanche selon ses premières estimations, a annoncé lundi à l'AFP son porte-parole, plaçant le mouvement séculier Nidaa Tounès en tête.

 

"Nous avons des estimations qui ne sont pas encore définitives. Ils (Nidaa Tounès, ndlr) sont en avance de plus ou moins une douzaine de sièges. Nous aurions environ 70 sièges et eux environ 80" sur les 217 à pourvoir, a déclaré Zied Laadhari.

Ces chiffres sont basés sur des données d'observateurs d'Ennahda présents au dépouillement dans les bureaux de vote "mais ce n'est pas complet", a-t-il précisé.

Le deux partis étaient les grands favoris du scrutin.

Le chef de Nidaa Tounès, Béji Caïd Essebsi, avait dès dimanche soir déclaré disposer "d'indicateurs positifs" plaçant son parti "en tête".

 

"La Tunisie a besoin d'un gouvernement de coalition nationale"

Le président d'Ennahda, Rached Ghannouchi, avait lui affirmé dans la nuit que "quel que soit le premier, Nidaa ou Ennahda, l'essentiel est que la Tunisie a besoin d'un gouvernement de coalition nationale, d'une politique consensuelle". "C'est cette politique qui a sauvé le pays de ce que traversent les autres pays du Printemps arabe", avait-il ajouté.

Les élections sont destinées à doter enfin la Tunisie d'institutions stables près de quatre ans après la révolution.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles