Moscou accuse l'Occident de vouloir "un changement de régime" en Russie

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, le 29 août 2014 à Moscou [Yuri Kadobnov / AFP]

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a accusé samedi l'Occident de chercher à provoquer "un changement de régime" en Russie par le biais des sanctions prises suite au conflit en Ukraine.

 

"L'Occident a montré sans ambiguïté qu'il ne cherche pas à forcer la Russie à changer sa politique mais qu'il veut obtenir un changement de régime", a déclaré M. Lavrov devant un forum d'experts politiques à Moscou.

"Maintenant, il y a des hommes politiques en Occident qui disent qu'il faut mettre en place des sanctions qui détruiraient l'économie (russe) et provoqueraient des protestations populaires", a-t-il précisé, cité par l'agence TASS.

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont, en réponse à la crise ukrainienne, mis en place à l'encontre de Moscou les sanctions les plus sévères depuis la fin de la guerre froide, visant les secteurs de l'énergie, de la Défense et des finances.

Ces sanctions, a souligné M. Lavrov, n'ont rien de commun avec le genre de sanctions qui ont été appliquées à l'encontre de la Corée du Nord ou de l'Iran par exemple, qui "ont été calculées pour ne pas faire de mal, ne frapper que l'élite et ne pas causer de dommages dans la sphère sociale ou l'économie".

En même temps, il a nié que la Russie soit menacée d'isolement, comme l'en a mise en garde le vice-président américain Joe Biden vendredi si elle ne respectait pas le plan de paix de Minsk pour l'Ukraine.

"La grande majorité des pays, nous continuons le dialogue avec eux (....) Il n'y a pas d'isolement", a-t-il lancé.

Il a toutefois reconnu que les relations avec l'Europe avaient forcément changé. "Personne n'a l'intention de se tirer une balle dans le pied en cessant de coopérer avec l'Europe, mais chacun comprend qu'il n'est plus possible que les choses continuent comme avant".

La Russie, en réponse aux sanctions, a imposé un embargo sur la plupart des importations alimentaires en provenance de l'Union européenne et des Etats-Unis.

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles