Hollande grimé en Hitler : la une qui ne passe pas

Deux jours après la commémoration de la libération du camp nazi d’Auschwitz et dans un contexte diplomatique rendu tendu depuis plusieurs mois entre Rabat et Paris, l’hebdomadaire marocain Al Watan Al An a publié jeudi en une, une photo de François Hollande grimé en Adolf Hitler.[DR]

Deux jours après la commémoration de la libération du camp nazi d’Auschwitz et dans un contexte diplomatique rendu tendu depuis plusieurs mois entre Rabat et Paris, l’hebdomadaire marocain Al Watan Al An a publié jeudi en une, une photo de François Hollande grimé en Adolf Hitler.

 

La polémique ne désemplit pas depuis que l’hebdomadaire marocain Al Watan Al An - tiré à 12.000 exemplaires - a jugé bon de publier jeudi en une, un photomontage plus que controversé présentant François Hollande affublé d’une courte moustache rappelant celle d’Adolf Hitler et portant un brassard orné d’une croix gammée. En titre : "Les Français vont-ils faire renaître les camps de concentration d'Hitler pour exterminer les musulmans ?".

Interrogé par le magazine Tel Quel qui a relevé en premier l’information, l’hebdo marocain assume son choix et enfonce même un peu plus le clou.

 

"La France prépare le pays à priver les musulmans de leurs droits, logements et emplois"

"C’est très peu à l’encontre du président français, il mérite pire. Le gouvernement français n’assure pas la sécurité des citoyens musulmans en France, comme c’est le cas pour la communauté juive. La France prépare le pays à priver les musulmans de leurs droits, logements et emplois, si ça continue comme ça", a notamment confié Abderrahim Ariri, directeur de la publication d’Al Watan Al An.

La publication de cette une intervient trois semaines après les attentats de Paris et, indépendamment, dans un contexte diplomatique houleux entre les deux pays. Le Maroc a ainsi suspendu sa coopération judiciaire avec Paris en février 2014 suite notamment à une descente de police à l’ambassade du Maroc, visant le patron du contre-espionnage marocain soupçonné par la France d’être impliqué dans une affaire de torture.

 

Couacs en stock

Vendredi 23 janvier, c’est Salahedine Mezouar, chef de la diplomatie marocaine, qui a annulé une visite en France prévue pourtant de longue date à Paris. Un ministre des Affaires étrangères qui en mars 2014 avait subi une fouille approfondie à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. Ce, alors qu’il était en possession d’un passeport diplomatique. Un couac de plus qui avait fait bondir Rabat.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles