Le Yémen sombre dans le chaos

Un soldat yéménite contrôle la circulation à un barrage dans une rue de Sanaa (photo d'illustration).[Mohammed Huwais / AFP]

En crise depuis des mois, le Yémen a vu sa situation se dégrader encore davantage ces derniers jours.

 

Les miliciens chiites Houthis appuyés par des militaires fidèles à l’ancien président Ali Abdallah Saleh ont pris hier le contrôle de l’aéroport de Taez, se rapprochant de la ville d’Aden, où est retranché l’actuel président Mansour Hadi.

Face à la progression des Houthis, qui contrôlent une grande partie du Nord du pays, le Conseil de sécurité de l’Onu s’est réuni dimanche à l’appel du président yéménite. 

Mais la communauté internationale apparaît impuissante à endiguer l’escalade de la violence qui menace de plonger définitivement le pays dans la guerre civile. Par mesure de sécurité, Washington a d’ailleurs procédé samedi à l’évacuation des derniers soldats américains présents sur place.

Et le risque est désormais de voir Daesh, responsable du double attentat qui a fait au moins 142 morts vendredi dans la capitale, Sanaa, profité du chaos ambiant pour s’implanter dans le pays.

 

Vous aimerez aussi

Des Vénézuéliens tentent de sauver les cargaisons d'aide humanitaire entreposées dans un camion en feu, sur un pont à la frontière entre la Colombie et le Venezuela, le 23 février dernier.
Crise Le Venezuela à l'agonie
Conflit La France a rapatrié de Syrie cinq enfants de jihadistes
Des personnes attendent d'être fouillés par les Forces démocratiques  syriennes après avoir quitté le dernier réduit de Daesh, à Baghouz, dans l'est de la Syrie, le 5 mars 2019.
Conflit Syrie : l'ultime réduit de Daesh abandonné par ses derniers habitants

Ailleurs sur le web

Derniers articles