Naufrage d’un chalutier de migrants : une hécatombe redoutée

Les secours recherchent d'éventuels survivants.[GUARDIA COSTIERA / AFP]

Le naufrage d’un chalutier de migrants au large des côtes libyennes laissant présager une hécatombe a annoncé Haut-commissariat aux Nations pour les réfugiés (HCR) dimanche matin. Les ministres des Affaires étrangères européens sont réunis lundi à Luxembourg après l'enchaînement de catastrophes de ce type.

 

Le bateau, avec à son bord plus de 700 migrants, a chaviré a 70 miles des côtes (130km) selon le récit de 28 survivants de la tragédie, récupérés par un navire marchand. Leurs déclarations ont été relayées par une porte-parole de HCR. L'un d'entre eux a  même évoqué le chiffre de 900 personnes et a affirmé que les trafiquants les avaient enfermés dans la cale.

Selon plusieurs sources concordantes, le chalutier aurait chaviré lorsqu'une grande partie des migrants s’est pressée sur le même côté du bateau à l’approche d’un navire marchand portugais qui avait été dérouté pour les secourir. 

 

Sauvetage

Une importante opération de sauvetage a été mise en place. 18 navires des marines maltaises et italiennes ont été déployés pour tenter de sauver les éventuels survivants. Les 28 rescapés ont ainsi pu être rapatriés vers Catane.

A 7h30, lundi, seuls 24 corps avaient été repêchés. Si ce bilan de 700 victimes venait à être confirmé, le nombre de migrants morts dans des naufrages s'élèverait à plus de 1.000 en moins d'une semaine. Il s'agirait par ailleurs de la pire catastrophe de ce type jamais recensée en Méditerranée.

 

L'UE sommée d'agir

Invité sur Canal +, François Hollande a de son côté demandé plus de bateaux de surveillance en Méditerranée pour éviter ce type de "catastrophe terrible".  Il a par ailleurs appelé à une réunion européenne d'urgence des ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères. Ce sera le cas dès lundi.

La responsable de la diplomatie européenne Federica Mogherini a décidé de mettre la question des migrants à l'ordre du jour, lors de la réunion des ministres de l'Intérieur et des Affaires étrangères européens qui se tiendra lundi après-midi à Luxembourg. Elle a par ailleurs affirmé, à son arrivée que l'Europe n'avait  "plus d'alibi. L'Union européenne n'a plus d'alibi, les Etats membres n'ont plus d'alibi", préconisant des "mesures immédiates".

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles