Présidentielle : Clinton prononce son premier discours

Hillary Clinton a prononcé à New York son premier grand discours en tant que candidate à la prochaine élection présidentielle américaine.[SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

La candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton, 67 ans, a écarté d'une phrase les questions sur son âge samedi lors de son premier grand discours de campagne, en rappelant qu'elle serait la première femme présidente des Etats-Unis.

 

"Je ne suis peut-être pas la plus jeune parmi les candidats à cette élection", a-t-elle ironisé à New York, devant plusieurs milliers de sympathisants. "Mais je serai la plus jeune femme présidente de l'histoire des Etats-Unis... Et la première grand-mère!"

Avec les gratte-ciels de Manhattan en toile de fond, elle s'est présentée comme une "championne" de la classe moyenne, promettant une série de réformes économiques, sociales et politiques. "Je suis candidate pour que l'économie soit au service de vous et de chaque Américain", a déclaré Hillary Clinton, citant pêle-mêle ouvriers, infirmières de nuit, camionneurs, agriculteurs, anciens militaires...

"La prospérité ne peut pas être seulement pour les dirigeants d'entreprises et les patrons de fonds d'investissements. La démocratie ne peut pas être seulement au service des milliardaires", a dit la démocrate, en multipliant les critiques contre Wall Street, relevant que les 25 premiers gestionnaires de fonds d'investissements gagnaient plus que tous les enseignants de maternelle du pays.

 

Droits des enfants et des femmes

Pour ce premier grand discours, deux mois après sa déclaration officielle de candidature, Hillary Clinton avait choisi symboliquement l'île Franklin Roosevelt, l'ancien président démocrate du New Deal, à New York. Outre Roosevelt, l'ex-sénatrice de l'Etat de New York a cité deux autres présidents: son mari Bill, présent en bas du podium, et Barack Obama, dont elle fut la secrétaire d'Etat de 2009 à 2013.

Hillary Clinton a déclaré qu'elle dévoilerait une série de propositions ciblées dans les prochaines semaines, mais elle en a donné un aperçu: réforme fiscale pour inciter les entreprises à investir aux Etats-Unis, aides aux entrepreneurs et créateurs d'entreprises, augmentation des budgets de recherche, investissements dans la recherche et faire des Etats-Unis "la superpuissance des énergies propres du 21e siècle".

Mais, citant la difficile enfance de sa mère, elle a consacré les plus longs moments de son discours aux droits des enfants et des femmes, proposant de généraliser la pré-scolarisation avant l'école primaire, et d'aider les familles pour la garde d'enfants en bas âge. "Notre pays ne sera pas compétitif ou équitable tant que nous n'aiderons pas les familles à donner à leurs enfants le meilleur départ dans la vie", a-t-elle dit.

 

Vous aimerez aussi

Le président des Etats-Unis Donald Trump lors d'une conférence de presse devant la Maison Blanche le 9 novembre 2018. [NICHOLAS KAMM / AFP/Archives]
Etats-Unis Contrarié par la défaite, Trump veut remanier son équipe
Espace La NASA veut envoyer des hommes sur Mars dans moins de 25 ans
Etats-Unis Californie : face aux murs de flammes, les pompiers sont impuissants

Ailleurs sur le web

Derniers articles