Etats-Unis : le deuxième évadé arrêté par la police

L'homme a dû être hospitalisé après avoir reçu deux balles dans le torse lors de son arrestation. [SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Le deuxième meurtrier en cavale depuis une spectaculaire évasion d'une prison de haute sécurité de l'Etat de New York le 6 juin dernier a été arrêté dimanche 28 juin à trois kilomètres de la frontière canadienne. Son complice avait été tué vendredi par la police.

 

La traque aura duré un peu plus de trois semaines. David Sweat, meurtrier en cavale depuis le 6 juin dernier a été arrêté dimanche par la police alors qu'il se trouvait à trois kilomètres de la frontière canadienne.

C'est un policier en patrouille qui a permis son arrestation après l'avoir aperçu courant au bord d'une route. Lorsque le policier lui a demandé de s'approcher, le fugitif a tenté de prendre la fuite dans un champ. Le policier lui a alors tiré dessus à deux reprises. Blessé au torse, David Sweat a été hospitalisé.

"Le cauchemar est terminé", a souligné Andrew Cuomo, gouverneur de l'Etat de New York.

 

Complice tué deux jours plus tôt

Son complice d'évasion, Richard Matt, avait été tué par les forces de l'ordre le vendredi précédent alors qu'il se trouvait dans une cabane en pleine forêt.

"Il a été interpellé verbalement, a été tué quand il n'a pas obtempéré", expliquait le chef de la police de l'Etat de New York Joseph d'Amico. 

 

Evasion spectaculaire 

Les deux hommes s'étaient évadés le 6 juin dernier de la prison de haute sécurité de Clinton (Etat de New York) après avoir scié les murs de leur cellule, et rampé dans des tunnels de canalisations jusqu'à une bouche d'égout en dehors de la prison.

Une employée de la prison, une femme de 51 ans, avait aidé les détenus à obtenir le matériel nécessaire à leur évasion, cachant notamment des lames de scies et des mèches de perceuse dans de la viande crue. Elle avait ensuite demandé à un autre surveillant d'apporter la viande aux deux condamnés, ces derniers étant autorisés à cuisiner dans leur cellule.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles