Egypte : 36 morts dans des attentats dans le Sinaï

Un tank égyptien dans la ville de Rafah dans le nord du Sinaï. [AFP PHOTO / STR]

Au moins 36 soldats et civils égyptiens ont été tués mercredi dans une série d'attaques simultanées contre cinq positions de l'armée dans le nord du Sinaï, un bastion d'un groupe lié à l'organisation jihadiste Etat islamique (EI).

 

Dans l'une des attaques, menée avec une voiture piégée contre un check-point de l'armée à l'est de la localité d'Al-Arich, au moins 36 soldats et civlis ont péri, a expliqué l'un des responsables de la sécurité. 38 combattants affiliés au groupe Etat islamique ont également été tués. Quatre autres attaques ont été lancées simultanément contre quatre barrages routiers de l'armée dans le secteur et des affrontements ont lieu entre soldats et assaillants, a-t-il ajouté.

Un porte-parole de l'armée a indiqué sur sa page Facebook "qu'environ 70 éléments terroristes ont attaqué cinq check-points dans le Nord-Sinaï", en faisant état "de 10 soldats tués ou blessés" selon un premier bilan.

Les chasseurs F-16 de l'armée égyptienne bombardaient cet après-midi des positions de l'EI dans la ville de Cheikh Zouweid, dans le nord du Sinaï, où les jihadistes ont miné les abords d'un commissariat pour empêcher l'arrivée de renforts et ont pris position sur les toits des immeubles alentours pour attaquer le bâtiment à coup de roquettes, selon ces sources.

 

Le Nord-Sinaï s'est rebaptisé "Province du Sinaï"

Le Nord-Sinaï, dans l'est de l'Egypte, est le bastion du groupe jihadiste Ansar Beït al-Maqdess qui s'est rebaptisé "Province du Sinaï" pour marquer son allégeance au "califat" auto-proclamé par le groupe Etat islamique (EI) sur une partie de l'Irak et de la Syrie.

Les attaques surviennent au surlendemain de l'assassinat du procureur général d'Egypte dans un attentat à la bombe contre son convoi au Caire, qui n'a pas été revendiqué. Les forces de sécurité dans le Sinaï sont régulièrement la cible d'attaques du groupe jihadiste depuis que l'armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013.

Ansar Beït Al-Maqdess et d'autres groupes extrémistes dans la péninsule disent agir en représailles à la sanglante répression contre les pro-Morsi qui a fait plus de 1.400 morts. Selon les autorités, des centaines de policiers et soldats ont été tués depuis 2013 dans les attaques, essentiellement dans le Nord-Sinaï mais aussi au Caire.

Vous aimerez aussi

Football Ligue des champions d'Afrique : Al Ahly s'écroule, l'Espérance sacrée
Une partie de la mosquée de Baybars au Caire, le 16 octobre 2018 [KHALED DESOUKI / AFP]
Egypte Au Caire, la ville islamique fragilisée joue sa sauvegarde
Terrorisme Egypte : la police annonce la mort de dix-neuf «jihadistes» liés à l'attentat contre les coptes

Ailleurs sur le web

Derniers articles