Grèce : le oui et le non au coude-à-coude

La propagande du non s'affiche dans les rues. La propagande du non s'affiche dans les rues. [ARIS MESSINIS / AFP ]

Selon un sondage publié ce vendredi 3 juillet, le oui au référendum proposé par Alexis Tsipras passe devant le non, prôné par le gouvernement. Une première puisque les précédents sondages prévoyaient une victoire du non sur le oui.

 

Le journal grec Ethnos a publié les résultats d’un nouveau sondage de l’institut Alco sur le référendum prévu dimanche. Pour la première fois depuis l’annonce du gouvernement grec, le oui l’emporte avec 44,8% des voix sur le non (43,4%). Le nombre d’indécis représente encore une forte proportion de la population puisqu’ils sont 11,8% à ne pas être en mesure de répondre par oui ou par non.

Deux précédents sondages annonçaient la victoire du non sur le oui mais avec une marge qui se raccourcissait.

 

Craintes d'une sortie de la zone euro

Le référendum équivaut-il à un oui ou non aux créanciers, comme le gouvernement le dit, ou bien à un oui ou non à l’euro, comme les créanciers le soutiennent ? A cette question, les Grecs sont partagés puisque chacune des réponses récolte 43% des voix avec 14% d’indécis.

Les Grecs sont 61% à voir dans la situation actuelle un véritable danger de sortie de la zone euro. Lorsqu’on les interroge sur leurs désirs de sortir de l’euro, les Grecs sont unanimes : 74% d’entre eux veulent rester contre seulement 15% souhaitant revenir à une monnaie nationale.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles