Nucléaire iranien : les discussions dans la dernière ligne droite

L'Iran et les grandes puissances se retrouvent pour finaliser un accord dans le dossier du nucléaire iranien. [AFP / ARCHIVES]

Après des mois d'intenses négociations, les grandes puissances et l'Iran ont entamé samedi un week-end de discussions cruciales sur le programme nucléaire iranien, dernière ligne droite avant un possible accord historique, espéré d'ici à mardi.

 

Une avancée décisive dans les pourparlers se fait toujours attendre, au huitième jour de ce round final. Mais des clignotants semblent passer timidement au vert. Le patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukia Amano, a ainsi signalé samedi que son organisation pourrait conclure à la fin de l'année ses investigations sur la "possible dimension militaire" (PMD) du programme nucléaire de l'Iran, un des points clés du dossier.

"Avec la coopération de l'Iran, je pense que nous pourrons publier un rapport à la fin de l'année sur (...) la clarification des questions" liées à la PMD, a-t-il déclaré à son retour de Téhéran où il a notamment rencontré le président Hassan Rohani. La PMD est un des aspects les plus délicats des négociations. L'AIEA soupçonne Téhéran d'avoir mené des recherches au moins jusqu'en 2003 pour se doter de la bombe atomique, et cherche à avoir accès aux scientifiques impliqués, ainsi qu'aux documents et sites qui pourraient avoir abrité ces recherches.

 

Des "progrès"

Téhéran a toujours démenti avoir voulu ou vouloir se doter d'un arsenal militaire nucléaire, affirmant que les documents sur lesquels se base l'AIEA sont des faux. "Des progrès ont été réalisés", a assuré M. Amano, dont l'agence onusienne serait appelée à jouer un rôle crucial de supervision d'un éventuel accord entre l'Iran et les grandes puissances.

Les Etats-Unis et l'Iran ont par ailleurs rivalisé vendredi de messages conciliants, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, saluant "un authentique effort" des parties, tandis que son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, évoquait des "défis communs", notamment la lutte contre l'extrémisme. "Nous n'avons jamais été aussi proches d'un accord", même s'il n'est pas "certain", a déclaré M. Zarif à quatre jours de l'échéance théorique pour parvenir à un compromis sur le nucléaire.

 

Nouveau défi

Dans un message vidéo publié sur Youtube du balcon du palace viennois abritant les négociations, M. Zarif a ouvert des perspectives de coopération future dans le cas où un accord serait signé. "Nous sommes prêts à ouvrir de nouveaux horizons pour affronter les défis importants et communs. Aujourd'hui, la menace commune est le développement de l'extrémisme violent et de la barbarie sans limites", a-t-il dit, dans une allusion au groupe jihadiste Etat islamique (EI).

"Pour affronter ce nouveau défi, de nouvelles approches sont absolument nécessaires", a souligné le chef de la diplomatie iranienne, évoquant "une bataille existentielle". Les Etats-Unis dirigent une coalition internationale contre l'EI en Irak et en Syrie, à laquelle ne participe pas l'Iran, qui soutient de son côté les régimes irakien et syrien contre le groupe jihadiste.

 

"Questions difficiles"

Un peu plus tôt, M. Kerry, qui s'est de nouveau entretenu vendredi avec son homologue iranien, a salué un "authentique effort" de toutes les parties pour parvenir à un accord. "Nous avons des questions difficiles, mais il y a un authentique effort de tous pour être sérieux (...) Les deux parties travaillent très dur, dans la bonne volonté, pour faire des progrès et nous faisons des progrès", a dit M. Kerry. En vertu d'une nouvelle loi, si le Congrès américain reçoit le texte de l'accord d'ici au 9 juillet, il aura 30 jours pour se prononcer, mais si cette date est dépassée, la période d'examen passera à 60 jours. Ce qui retardera d'autant la mise en application de l'accord et pourra créer des complications supplémentaires.

Les négociations doivent permettre d'aboutir à un accord visant à s'assurer que le programme iranien ne puisse avoir de dimension militaire, en échange d'une levée des sanctions internationales qui frappent l'Iran. "Nous sommes vraiment en fin de partie", a déclaré à des journalistes un haut responsable gouvernemental américain. "Nous faisons certainement des progrès, il n'y a aucun doute là-dessus", a déclaré ce responsable sous couvert de l'anonymat, "mais il est également clair qu'il y a toujours des questions importantes qui ne sont pas résolues, c'est pourquoi les gens travaillent jusque très tard dans la nuit". La plupart des ministres devraient être de retour à Vienne dimanche.

 

Vous aimerez aussi

Réseaux sociaux Trump attaque Macron : Twitter réagit
Diplomatie «Make France great again» : Donald Trump s'en prend à Emmanuel Macron sur Twitter
11 novembre La France accueille le monde pour célébrer l'armistice

Ailleurs sur le web

Derniers articles