Crash en Papouasie : les boites noires retrouvées, aucun survivant

ILLUSTRATION. Un avion de la compagnie Trigana Air a perdu le contact ce matin.[YSSYguy / Wikicommons]

Des équipes de secours ont découvert ce mardi les corps des 54 personnes à bord de l'avion qui s'est écrasé deux jours auparavant dans la province indonésienne de Papouasie, dans l'est du pays. Les boites noires de l'appareil, ainsi qu'une partie de l'argent liquide qu'il transportait, ont pu être récupérées. 

 

Cet accident d'avion de la compagnie de transport régional Trigana Air est la troisième catastrophe aérienne en moins d'un an dans ce pays d'Asie du Sud-Est affichant un piètre bilan en matière de sécurité aéronautique.

Les équipes de secours déployées sur le site dans la province orientale de Papouasie ont également retrouvé les boîtes noires de l'appareil ainsi que de l'argent liquide -- en partie brûlé -- provenant des quelque 6,5 milliards de roupies (420.000 euros) transportés par des employés de la poste pour les distribuer à des familles pauvres de la région.

 

Aucun survivant

L'avion qui effectuait la liaison entre deux villes de Papouasie est "complètement détruit", a déclaré le directeur de l'agence nationale de recherches et de secours, Bambang Soelistyo, après l'arrivée des secours sur les lieux dans la matinée.

"Tout est en morceaux, et une partie de l'avion est brûlée", a-t-il dit.

Un porte-parole du ministère des Transports, J.A. Barata, a déclaré qu'il n'y avait aucun survivant : "les 54 corps ont été retrouvés". Certains étaient abîmés et d'autres étaient sérieusement brûlés.

Des photos du site montrent une clairière dans la jungle avec des arbres noircis par le feu et des débris répandus au sol.

L'avion, qui transportait 44 passagers adultes, cinq enfants et cinq membres d'équipage, apparemment tous Indonésiens, s'est écrasé par mauvais temps dans les montagnes Bintang, dans cet endroit de la jungle sans voie d'accès terrestre, à une quinzaine de kilomètres de l'aéroport d'Oksibil où il devait atterrir.

Les secours vont donc devoir hélitreuiller les corps des victimes, a expliqué M. Soelistyo.

 

Les opérations suspendues

Mais cela n'a pas encore pu se faire dans la mesure où les opérations de récupération des corps ont été suspendues mardi après-midi en raison d'un épais brouillard, a-t-il ajouté. De nouvelles tentatives seront effectuées mercredi.

M. Soelistyo a par ailleurs ordonné aux équipes de secours de remettre aux autorités tout ce qu'ils retrouvent, notamment l'argent liquide. Il n'a pas précisé la somme retrouvée mardi.

 

 

Sécurité aéronautique

Le porte-parole du ministère des Transports J.A. Barata a confirmé que l'appareil avait perdu tout contact avec les contrôleurs aériens, précisant qu'il était censé atterrir à Oksibil juste après 15H00.

Les raisons du crash sont pour le moment inconnues. "Nous ne savons pas ce qui est arrivé à l'appareil et nous nous coordonnons avec les autorités locales", avait déclaré M. Barata dimanche à l'AFP. "La météo est très très mauvaise là bas. Il fait très sombre et c'est très nuageux. Les conditions ne sont pas propices aux recherches. La zone est montagneuse", avait-il ajouté.

L’Indonésie a un piètre bilan en matière de sécurité aéronautique. En décembre, un avion de la compagnie AirAsia parti de Surabaya (Indonésie) à destination de Singapour s'est abîmé en mer de Java, faisant 162 morts.

 

Vous aimerez aussi

Indonésie Crash de Lion Air : la fiancée d'une victime prend ses photos de mariage seule
Aviation Un vol Air France fait demi-tour, faute d'autorisation pour survoler la Russie
Aviation Le copilote était ivre, Japan Airlines s'excuse pour le retard

Ailleurs sur le web

Derniers articles