Des chercheurs inventent une glace qui ne fond pas

Bientôt, les consommateurs de glaces pourront se régaler sans se salir les doigts. [J Lippold/FlickRcc]

Des chercheurs britanniques des universités d’Édimbourg et de Dundee sont parvenus à mettre au point une glace qui ne fond quasiment pas, même exposée à une forte chaleur.

 

Ils espèrent ainsi pouvoir la lancer rapidement sur le marché des glaces qui fondent plus lentement, permettant ainsi aux consommateurs de ne plus avoir les doigts qui collent.

C'est grâce à la protéine BslA, d'origine naturelle, que les chercheurs pourraient mener cette mini-révolution, comme ils l'expliququent dans un rapport publié lundi par les  universités d’Édimbourg et de Dundee.

 

Action sur les graisses et l’eau de la glace

La protéine BslA agit sur les cellules graisseuses, l’eau et les bulles d’airs qui forment la glace. Elle rend le mélange plus stable, ce qui permet aux glaces de rester froides plus longtemps, même en période de fortes chaleurs.

Loin d’en altérer le goût, la protéine permet, au contraire, d’éviter la formation de petits cristaux à l’intérieur du mélange, donnant ainsi à la texture une parfaite onctuosité.

Le professeur Cait MacPhee de l’université d’Édimbourg, à la tête de ce projet, expliquait à la BBC ceci : "C’est une protéine naturelle qui se trouve déjà dans la chaîne alimentaire. Elle est déjà utilisée pour la fermentation de certains aliments pour qu’ils puissent rester naturels au lieu de devenir des aliments "Frankenstein"".

 

La protéine miracle

Cette protéine ne s’arrête pas là. En plus d’être un gain pour les fabricants et les distributeurs qui pourraient conserver la glace à des températures plus basses, la protéine BslA rendrait également la glace moins riche en acides gras saturés et en calories.

Le professeur Cait MacPhee expliquait également que la protéine pourrait être utilisée dans d’autres aliments pour ses vertus réductrices de sucre. Des aliments comme la mousse au chocolat et la mayonnaise sont visés, permettant ainsi de baisser leurs nombres de calories, une bonne nouvelle pour les gourmands ! 

Les scientifiques à l'origine de cette découverte espèrent pouvoir mettre cette glace sur le marché d'ici trois à cinq ans

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles