La Corée du Sud, le pays où l'on se suicide le plus

Chaque jour, une quarantaine de Sud-Coréens se donnent la mort.[CC / ssalae / Pixabay]

Selon les chiffres récemment révélées par l’ONG Health Data, la Corée du sud pointe en tête pour la onzième année successive au classement peu glorieux des pays de l’OCDE comptant le plus de suicides.

Le pays devance la Hongrie, le Japon, la Slovénie et la Belgique. En bas du classement, la Turquie, la Grèce, le Mexique, l’Italie et Israël ferment la marche. Si Health Data n’a pour l’heure pas encore communiqué le contenu des statistiques lui ayant permis d’établir cette hiérarchie, les derniers chiffres, datant de 2012 et toujours consultables sur le site de l’ONG, viennent rappeler que la Corée du Sud avait un taux de 29,1 suicides pour 100.000 habitants il y a trois ans.

 

29,1 suicides pour 100 000 habitants

A l’époque, le taux moyen, pour un pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), était estimé à 12 suicides pour 100.000 habitants. Chaque jour, une quarantaine de Sud-Coréens se donnent la mort, parmi lesquels figurent une majorité de seniors et d’étudiants dont la préparation des examens est source d’un stress important.

Pour enrayer ce fléau, le ministère de l’Education sud-coréen a notamment lancé des applications smartphones programmées pour détecter d’éventuels signes de suicide sur les réseaux sociaux, dans les messageries ou les recherches internet effectuées par les enfants. Une fois le risque avéré, les parents reçoivent alors un message d’alerte sur leur téléphone portable.

 

Vous aimerez aussi

Le prince Harry et l'actrice américaine Meghan Markle se marieront en mai à Windsor.
Calendrier Les 10 événements de 2018
Le ministre sud-coréen de l'Unification Cho Myoung-gyon et son homologue nord-coréen Ri Son Gwon se rencontrent à Panmunjom dans la zone démilitarisée, le 1er juin 2018 [Handout / South Korean Unification Ministry/AFP/Archives]
Diplomatie Les deux Corées ouvrent leur bureau de liaison conjoint dans le Nord
Kim Jong-un et Moon Jae-in lors de leur seconde rencontre, en mai, à Panmunjom
Asie Corée : une fragile détente

Ailleurs sur le web

Derniers articles