Poutine et Obama ont discuté de la Syrie et de l'Ukraine

Vladimir Poutine (g) et Barack Obama lors de la COP21 à Paris, le 30 novembre 2015 [MIKHAIL KLIMENTYEV / SPUTNIK/AFP] Vladimir Poutine (g) et Barack Obama lors de la COP21 à Paris, le 30 novembre 2015 [MIKHAIL KLIMENTYEV / SPUTNIK/AFP]

Vladimir Poutine et Barack Obama ont discuté des conflits en Syrie et en Ukraine, s'exprimant en faveur de règlements politiques sans surmonter leurs différends, lundi en marge du sommet du climat au Bourget, près de Paris.

La rencontre, qui a duré environ une demi-heure, s'est déroulée "à huis clos", selon un communiqué de la présidence russe. Les deux présidents "se sont exprimés en faveur d’un début de règlement politique" en Syrie, a ensuite précisé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l'agence Interfax. Ils ont discuté de "l'impératif de progresser sur le processus de Vienne", a confirmé un responsable à la Maison blanche.

La communauté internationale a relancé une dynamique pour trouver une solution politique en Syrie, avec deux réunions internationales à Vienne, en octobre et novembre. Une feuille de route devant aboutir à des élections dans les 18 mois a été agréée. Moscou et Washington divergent toutefois sur le sort à réserver au président syrien Bachar al-Assad, que la Russie soutient, alors que les Etats-Unis souhaitent son départ.

Lundi, "le président Obama a réaffirmé sa conviction que le départ de Bachar al-Assad est nécessaire et a insisté sur l'importance de concentrer les efforts militaires sur Daesh plutôt que sur l'opposition modérée", selon la source à la Maison Blanche. Le ministère russe de la Défense a également fait état dans la soirée d'un entretien téléphonique entre les chefs d'état-major des deux pays, consacré "aux actions de la Russie et de la coalition internationale dirigée par les États-Unis dans la lutte contre le groupe terroriste EI en Syrie". Il a été convenu de poursuivre ces contacts.

A la tête d'une coalition internationale, les États-Unis bombardent depuis plus d'un an Daesh en Irak et en Syrie. Depuis septembre, la Russie effectue également des raids en Syrie, mais elle est soupçonnée de cibler surtout les groupes d'opposition modérés.

Mettre en œuvre les accords de Minsk

Par ailleurs, les présidents américain et russe "ont aussi parlé d'Ukraine et ont noté la nécessité d’une mise en œuvre au plus vite des accords de Minsk", selon le porte-parole du Kremlin.

Ces accords visent à mettre fin à un conflit opposant les rebelles prorusses à l'armée ukrainienne, qui a fait plus de 8.000 morts dans l'est ukrainien depuis avril 2014. Ce conflit a conduit à l'isolement de la Russie, accusée d'avoir envoyé soldats et armes pour soutenir les rebelles. Moscou est visé depuis par de lourdes sanctions occidentales. 

Lors de la rencontre, le président Obama a redit à Vladimir Poutine que si la Russie respectait toutes les clauses de l'accord de Minsk, "les sanctions pourraient être levées", selon la source à la Maison Blanche.

Enfin, le président Obama a exprimé ses "regrets" après la mort d'un pilote russe dont l'appareil a été abattu par la Turquie à sa frontière avec la Syrie, et a réitéré ses appels à la "désescalade" entre Ankara et Moscou, selon cette source. Le président Poutine a refusé de rencontrer lundi son homologue turc Recep Tayip Erdogan, qui souhaitait lui parler en marge de la conférence climat.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles