Un premier corps retiré du glissement de terrain à Shenzhen

Des équipes de secours recherchent des éventuels survivants le 22 décembre 2015 dans une zone industrielle de Shenzhen, au sud de la Chine, où un glissement de terrain a enseveli 81 personnes [JOHANNES EISELE / AFP] Des équipes de secours recherchent des éventuels survivants le 22 décembre 2015 dans une zone industrielle de Shenzhen, au sud de la Chine, où un glissement de terrain a enseveli 81 personnes [JOHANNES EISELE / AFP]

Un premier corps a été retiré mardi de l'énorme amas de terre et de boue qui s'est abattu dimanche sur une zone industrielle de Shenzhen (sud de la Chine), et l'espoir était quasi nul de retrouver des survivants.

Pelleteuses et autres engins de chantier continuaient à s'affairer sur la montagne de milliers de tonnes de terre et de débris sous lesquels des habitations, des dortoirs d'ouvriers et des usines étaient écrasés, lors de la plus grave catastrophe industrielle depuis quatre mois. Un nouveau décompte des autorités a établi lundi soir à 81, contre 91 précédemment, le nombre de personnes enfouies depuis deux jours sous la terre. Le corps dégagé mardi est la première mort confirmée de ce désastre.

"Je ne pense pas qu'il y ait une chance de (sauver qui que ce soit)", a ainsi déclaré à l'AFP Mme Qin, une volontaire venue tenter d'apporter son concours aux sauveteurs. Avec un groupe de volontaires locaux, elle en a été dissuadée par les autorités.

Les quelque 3.000 sauveteurs --pompiers, militaires et secouristes--, dont beaucoup avaient travaillé sans relâche toute la nuit, utilisaient des dizaines de pelleteuses pour dégager la boue, ainsi que des "détecteurs de vie et 30 chiens renifleurs", selon la presse chinoise.

Des équipes de secours recherchent des éventuels survivants le 22 décembre 2015 dans une zone industrielle de Shenzhen, au sud de la Chine, où un glissement de terrain a enseveli 81 personnes [JOHANNES EISELE / AFP]
Photo
ci-dessus
Des équipes de secours recherchent des éventuels survivants le 22 décembre 2015 dans une zone industrielle de Shenzhen, au sud de la Chine, où un glissement de terrain a enseveli 81 personnes

Cette dernière catastrophe en date à frapper la Chine est survenue en fin de matinée dimanche. L'avalanche a enseveli une trentaine de bâtiments avant de provoquer une explosion de gaz. Les témoins ont relaté avoir vu une masse de terre et de boue rougeâtre s'abattre sur cette zone industrielle de Shenzhen, une ville de plus de 10 millions d'habitants, frontalière de Hong Kong.

Le maire-adjoint de la ville, Liu Qinsheng, a évalué à 38 hectares --environ 60 terrains de football-- l'étendue recouverte par l'énorme masse de terre, haute d'une bonne dizaine de mètres de hauteur. "C'est la première fois en Chine qu'on voit un glissement de terrain de cette ampleur", a déclaré à la télévision un expert de l'Académie chinoise des sciences ferroviaires.

Les causes de la catastrophe seraient d'origine humaine, a suggéré le Quotidien du ministère du Territoire et des Ressources, rapportant qu'une montagne de terre, issue de travaux de construction et détrempée par des pluies récentes, avait été accumulée illégalement. La presse chinoise a évalué à une centaine de mètres la hauteur de cet amas entreposé avant son effondrement.

La dernière catastrophe industrielle d'importance en Chine a eu lieu en août, lorsque une série d'énormes explosions parties d'un entrepôt de produits chimiques a ravagé une zone du port de Tianjin (nord), faisant au moins 165 morts.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles