Allemagne : des agressions d'une ampleur inédite perpétrées contre des femmes au Nouvel An

La police de Cologne a été convoquée pour une réunion de crise suite à des agressions d'une ampleur inédite. [Sven Hoppe / dpa / AFP]

Plus d'un millier de jeunes hommes ivres et agressifs, agissant en bande, auraient agressé sexuellement ou dévalisé au moins 80 femmes dans la nuit du Nouvel An autour de la gare centrale de Cologne. Et d'autres villes, comme Hambourg, auraient été le théâtre de phénomènes similaires. 

Au moins une femme a été violée, et beaucoup ont été victimes d'attouchements. Le maire de Cologne, Henriette Reker, a qualifié ces agressions de "monstrueuses", et convoqué ce mardi une réunion de crise. Le chef de la police de la ville, Wolfgang Albers, a évoqué pour sa part "une dimension totalement nouvelle dans le crime". Selon lui, les auteurs de ces agressions seraient de type nord-africain.

Le carnaval menacé

Le caractère organisé et prémédité de ces attaques inquiètent particulièrement les autorités, tout comme le fait qu'elles aient ciblé des femmes. Les agresseurs - près d'un millier, donc - seraient arrivés ensemble avec l'intention de commettre ces vols et agressions sexuelles. Et ce cas ne serait pas isolé, puisque des attaques similaires ont été signalées à Hambourg et à Stuttgart. Les autorités craignent désormais que cela se reproduise lors du carnaval qui se tiendra du 4 au 10 février prochains à Cologne, des milliers de personnes étant à nouveau attendues dans les rues. Des renforts pourraient ainsi être déployés et de nouvelles caméras de surveillance plus performantes installées.

"Nous ne tolérerons pas ces assauts ignobles contre des femmes. Les responsables doivent être traduits en justice", a déclaré le ministre allemand de la Justice, Heiko Mass, appellant toutefois à ne pas lier ces évènements à la crise des migrants que traverse actuellement l'Allemagne. Une enquête a été lancée afin de déterminer si ces attaques ont été organisées via les réseaux sociaux, et les images prises par les caméras de surveillance sont en cours d'examen. Selon les autorités, une partie des auteurs de ces crimes sont déja connus des services de police pour leurs activités de pickpockets.

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles