Zika : la contraception un moindre mal pour le pape François

Le pape Francçois parle aux journalistes à bord du vol entre le Mexique et l'Italie, le 18 février 2016 [ALESSANDRO DI MEO / POOL/AFP] Le pape Francçois parle aux journalistes à bord du vol entre le Mexique et l'Italie, le 18 février 2016 [ALESSANDRO DI MEO / POOL/AFP]

L'avortement est un "crime", mais la contraception peut exceptionnellement être un moindre mal, a affirmé jeudi le pape François, interrogé sur les moyens de combattre l'épidémie Zika, dans l'avion qui le ramenait du Mexique.

"L'avortement n'est pas un mal mineur, c'est un crime", tandis qu'"éviter une grossesse n'est pas un mal absolu", a dit le pape François devant la presse, dans une allusion aux méthodes contraceptives. Faisant bien la distinction entre avortement et contraception, il a ainsi rappelé que Paul VI, pape de 1963 à 1978, avait permis à des religieuses d'utiliser au Congo des contraceptifs parce qu'elles étaient violées par des militaires.

Ces cas exceptionnels ne remettent toutefois pas en cause la doctrine du Vatican, qui a toujours combattu l'avortement et la contraception, mais sans les mettre au même niveau de faute. Cette condamnation a été rappelée dans une encyclique du pape Paul VI, publiée en 1968, qui n'a pas depuis été remise en cause par le Vatican.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles