Contre l'obésité, le Chili interdit les aliments gras et sucrés

Principal objectif : protéger les enfants, en interdisant la vente dans les écoles des aliments mauvais pour la santé. [© PHILIPPE HUGUEN / AFP]

Inquiet de voir la malbouffe gagner du terrain, le Chili va mettre en place à compter de lundi prochain une législation alimentaire très stricte.

La situation est préoccupante. Dans ce pays d'Amérique latine, le diabète a explosé ces dix dernières années, avec 80 % de cas supplémentaires. Le Chili est également, dans la région, un des premiers consommateurs de boissons sucrées, de glaces et de pain. Si bien qu'aujourd'hui, plus de 60 % des habitants sont en surpoids.

«Nous avons une société vraiment malade, il était nécessaire d'avoir des politiques publiques très fortes», a ainsi expliqué Samuel Duran, président du Collège des nutritionnistes du pays. A compter de lundi prochain, une loi entrera donc en vigueur. Elle devrait notamment de révolutionner les étiquettes des produits vendus dans les magasins.

A lire aussi : 40 % des femmes américaines sont obèses

Principal objectif : protéger les enfants, en interdisant la vente dans les écoles des aliments mauvais pour la santé. Ainsi, ces derniers n'auront plus le droit d'être accompagnés d'un jouet. Les Kinder Surprise ou les «Happy meal» de McDonald's seront donc directement touchés.

Face à ce revers commercial, la marque Ferrero, productrice des Kinder, a dit qu'elle se réserver le droit de saisir la justice nationale et internationale, au motif que la loi «affecte la réputation d'un de ses produits les plus populaires». Le chocolatier italien qui a lancé son fameux produit en 1972, est déjà interdit de commercialisation aux Etats-Unis, en raison d'une réglementation de 1938 qui interdit l'association d'une denrée alimentaire avec toute autre substance, dont un jouet.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles