Pakistan : un chrétien accusé de blasphème après avoir «aimé» et partagé une photo sur le Web

Le droit pakistanais encadre très sévèrement les actes jugés blasphématoires.[MARCO LONGARI / AFP]

Nabil Chohan, un chrétien pakistanais de 18 ans, se retrouve accusé de blasphème après avoir «aimé» et partagé une photo sur les réseaux sociaux.

Le cliché a aussi été retrouvé dans son téléphone portable. Ladite photographie montre la Kaaba, le célèbre monument de La Mecque. Elle a été jugée irrespectueuse par les autorités policières qui ont estimé qu’elle nécessitait l’arrestation et l’incarcération du jeune Nabil.

A lire aussi : Pakistan : un vieil homme frappé par un policier parce qu'il mangeait pendant le Ramadan

L’affaire est remontée jusqu’aux oreilles de la police locale après que l'un de ses amis musulmans, a porté plainte contre lui en découvrant son post Facebook, le 16 septembre dernier. «Une affaire d'atteinte aux sentiments religieux des musulmans et au caractère sacré d'un lieu religieux est en cours d'instruction», a sobrement commenté Shabbaz Ahmed, un responsable de la police locale.

L'affaire Asia Bibi dans toutes les têtes

Le droit pakistanais encadre très sévèrement les actes jugés blasphématoires. Dans ce pays musulman conservateur, toute insulte contre le prohète Mohammed est ainsi punie de la peine de mort ou de l’emprisonnement à vie.

L’une des affaires les plus célèbres de ce type, concerne Asia Bibi, Pakistanaise chrétienne, accusée de blasphème après une dispute de voisinage en 2009. Condamnée à mort par pendaison, elle demeure dans l’attente de son procès en appel. Le jugement définitif pourrait intervenir entre le 10 et le 15 octobre prochain.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles