Facebook va signaler les fausses informations avec un petit drapeau rouge

La vérification se fera en trois temps : signalement, vérification et enfin confirmation ou infirmation.[LIONEL BONAVENTURE / AFP]

Facebook va désormais lutter contre les fausses informations : grâce à un système de vérification, les utilisateurs vont être mis en garde par un petit drapeau rouge lors du partage d'articles douteux.

Cette décision, annoncée ce jeudi, fait suite à la campagne présidentielle américaine où Facebook avait été accusé de relayer de fausses informations par le biais de ses utilisateurs. Le célèbre réseau social de Marc Zuckerberg va donc désormais faire appel à une douzaine de médias spécialisés pour vérifier des informations préalablement signalées par les utilisateurs. 

A lire aussi : Facebook, Microsoft, Twitter et YouTube s'allient contre les "contenus terroristes"

Ces «fake news», une fois repérées, vont être indiquées à ceux qui les relaient. Selon CNN, une mention expliquera sous le titre que le post est «contesté par une équipe de fact-checker» et un lien en expliquera la raison exacte. Si l'utilisateur choisit de quand même partager ce lien, il recevra un autre avertissement sur sa fiabilité. Facebook n'intedira donc pas son partage, mais empêchera la publicité qui finance ces sites de fausses informations.

Une vérification en trois temps

La fonctionnalité a été révélée par Adam Mosseri, vice-président du News Feed (fil d'actualité) de Facebook. Elle va donc fonctionner en trois temps : le signalement des utilisateurs qui pourront juger le contenu comme «indésirable» ou «ennuyeux», la vérification par les sites indépendants ayant adhéré au «Code international des principes du fact-checking» et enfin la confirmation ou l'infirmation de la véracité de l'information. 

Une fois le travail de vérification effectué, Facebook saura donc si l'information est vraie ou fausse. Dans le cas où elle serait mensongère, le réseau social prendra des mesures. Apparaîtra donc le petit drapeau rouge mettant les utilisateurs en garde. Ensuite, libres à eux de décider de ce qu'ils veulent faire. Pour Mark Zuckerberg, «faire en sorte qu'il soit plus simple de signaler les faux articles aidera à lutter plus vite contre la désinformation».

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles