Bill et Melinda Gates redoutent les conséquences du décret anti-avortement de Trump

Bill et Melinda Gates craignent les conséquences du décret anti-avortement de Trump. [EMMANUEL DUNAND / AFP]

Bill et Mélinda Gates ont exprimé mardi leur crainte des conséquences possibles du décret anti-avortement pris par le nouveau président américain. 

Quelques jours après son investiture, Donald Trump a rétabli la «politique de Mexico», aussi appelée « Global gag Rule » (règle du bâillon mondial), qui coupe les fonds des organisations «du planning familial qui pratiquent ou promeuvent l’avortement». Depuis 1984, tous les présidents du camp républicain ont imposé cette politique. Il était prévisible que Donald Trump n'échappe pas à la règle.

Mais il est allé plus loin, en appliquant ce décret à toutes les organisations non gouvernementales liées à l'avortement qui reçoivent des financements américains, et non plus seulement aux plannings familiaux. Si elles veulent continuer à avoir des subventions, les organisations doivent trahir leur fonction première et s'engager à arrêter de parler d'avortement. 

A lire aussi : Donald Trump s'attaque à l'avortement

«Nous craignons que ce changement impacte des millions de femmes et de filles dans le monde» explique Melinda Gates dans le quotidien britannique The Guardian. «Cela pourrait créer un déficit que même une fondation comme la nôtre ne pourrait pas combler» rajoute son mari. «Les Etats-Unis sont les principaux donateurs dans notre programme. Les aides gouvernementales ne pourront pas être remplacées par des dons de charité» assure le couple. 

Les époux Gates optimistes sur le rôle de leur fondation

En les privant de financement, ce décret risque d'avoir des conséquences directes sur tous les programmes de santé reproductive et de planification familiale des pays en développement, y compris sur les organisations soignant le VIH et la malaria, et prodiguant des soins aux femmes et aux enfants. 

A lire aussi : Bill Gates, le milliardaire bienfaiteur

Le couple s’est exprimé à propos de ce décret à l'occasion de la lettre annuelle adressée à Warren Buffett, un homme d’affaire qui a investi une grande partie de sa fortune dans la fondation Gates. Elle dresse le bilan de la fondation depuis 2006 et montre que ses principaux objectifs sont atteints : sauver la vie d’enfants, notamment en développant la vaccination, rendre les accouchements plus sûre et s’attaquer à la malnutrition. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles