Le premier film post-scandale de The Weinstein Company fait un flop

Après en avoir été limogé, Harvey Weinstein a porté plainte contre la société de production qu'il a cofondée. Après en avoir été limogé, Harvey Weinstein a porté plainte contre la société de production qu'il a cofondée. [© AFP / ARCHIVES]

Une fiction rattrapée par la réalité. Le premier film produit par The Weinstein Company et sorti en salles aux Etats-Unis après l'affaire Harvey Weinstein fait un flop monumental au box-office.

742 dollars (ou 638 euros) : c'est tout ce qu'a rapporté la nouvelle production, entachée malgré elle par le scandale Harvey Weinstein, accusé d'agressions sexuelles et de viols par de nombreuses actrices. Il faut dire que le long-métrage en question – Amityville : The Awakening – n'a été diffusé que dans dix cinémas et seulement samedi dernier, a rapporté Variety.

Le 21 septembre, deux semaines avant l'éclatement du scandale, The Weinstein Company avait annoncé que le nouveau film serait disponible gratuitement sur Google Play du 12 octobre au 8 novembre, et ne sortirait en salles qu'une seule journée durant : le 28 octobre.

Deux premiers opus salués par le public 

Le film d'horreur était pourtant bien parti pour être un succès, si l'on en croit les précédentes adaptations de ce fait divers, mieux connu sous le nom de l'affaire d'Amityville. La première, The Amityville Horror (1979), avait accumulé 86 millions de dollars de recettes, et la deuxième, sobrement intitulée Amityville (2005), pas moins de 108 millions de dollars. De quoi jeter l'opprobre sur cette troisième production boudée par les spectateurs, notée 20 sur 100 sur le site de critiques américain Rotten Tomatoes.

Les studios Weinstein ont limogé Harvey, la semaine dernière, à la suite des révélations sur ses agissements présumés, suivies de dizaines de témoignages d'actrices ou de collaboratrices du magnat d'Hollywood. En guise de réponse, Harvey Weinstein a porté plainte contre la société de production qu'il a cofondée. Une affaire sulfureuse qui, au-delà de l'œuvre elle-même, expliquerait le bide historique du nouvel Amityville.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles