«Ne me tuez pas s'il vous plaît» : un policier américain jugé non coupable après avoir abattu un homme

L'avocat de la famille de Daniel Shaver, père de deux enfants, a estimé qu'il s'agissait d'«une exécution pure et simple». [Capture d'écran - DailyMail]

Philip Mitchell Brailsford, un ancien policier américain originaire de l'Arizona, a été jugé non coupable du meurtre de Daniel Shaver ce jeudi par la justice.  

Les images de la caméra embarquée par l'homme en uniforme parlent pourtant d'elles-même, pointe le DailyMail. En 2016, dans un hôtel situé près de Phoenix, ce dernier avait tiré sur Daniel Shaver qui le priait de ne pas l'abattre. «S'il vous plaît ne me tuez pas», peut-on entendre la victime de 26 ans s'écrier, en rampant, avant que les coups de feu ne retentissent sur une vidéo difficilement soutenable.

L'avocat de la famille de Daniel Shaver, père de deux enfants, a estimé qu'il s'agissait d'«une exécution pure et simple».

Mais c'est un geste ambigü de Daniel Shaver qui aurait poussé Philip Mitchell Brailsford à ouvrir le feu. Alors qu'il sanglotait et priait pour sa vie, l'homme à terre aurait porté sa main au niveau de sa ceinture, laissant penser au policier qu'il allait se saisir d'un pistolet. Aucune arme n'a pourtant été retrouvée sur la dépouille de la victime.

Le policier s'est senti en danger

Lors du procès, l'accusé et son avocat ont fait valoir cet argument, arguant que le policier s'était senti en danger devant le geste de Daniel Shaver. 

«Il n'y a pas de vainqueur dans ce cas, mais Mitch Brailsford a dû prendre une décision en une fraction de seconde sur une situation qu'il a été entraîné à reconnaître comme quelqu'un qui tire une arme et a eu une seconde pour réagir», a déclaré sa défense. «Les circonstances de la nuit qui ont été présentées l'ont conduit à conclure qu'il était en danger. Essayez de prendre une décision de vie ou de mort en une seconde. C'est plutôt difficile», a estimé son avocat pendant l'audience avant de préciser que son client n'était pas certain de vouloir récupérer son emploi de policier.

«Le système judiciaire a dramatiquement abandonné Daniel et sa famille», a déploré, quant à lui, l'avocat des proches de la victime qui ont quitté le tribunal sans un mot. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles