Transfert de l'ambassade du Guatemala à Jérusalem : les Palestiniens dénoncent un «acte honteux»

Le président Jimmy Morales et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 28 novembre 2016 à Jérusalem [ABIR SULTAN / POOL/AFP/Archives] Le président Jimmy Morales et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 28 novembre 2016 à Jérusalem [ABIR SULTAN / POOL/AFP/Archives]

Les Palestiniens ont qualifié lundi «d'acte honteux» et hostile la décision du Guatemala de transférer son ambassade à Jérusalem comme les Etats-Unis.

«C'est un acte honteux et illégal qui va totalement à l'encontre des sentiments des dirigeants des églises à Jérusalem» et de la récente résolution -non contraignante- de l'Assemblée générale de l'ONU condamnant la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël, a affirmé le ministère palestinien des Affaires étrangères dans un communiqué.

«L'Etat de Palestine considère ceci comme un acte flagrant d'hostilité contre les droits inaliénables du peuple palestinien et la loi internationale», a poursuivi le ministère. «L'Etat de Palestine agira avec des partenaires régionaux et internationaux pour s'opposer à cette décision illégale», a-t-il prévenu jugeant que «le président Morales a entraîné son pays du mauvais côté de l'histoire».

Un soutien apporté aux Etats-Unis

Le président du Guatemala, Jimmy Morales, a annoncé dimanche le transfert à Jérusalem de l'ambassade de son pays en Israël, en soutien à la décision des Etats-Unis et malgré le vote de condamnation de l'Assemblée générale de l'ONU.

«J'ai donné des instructions à la ministre (des Affaires étrangères, Sandra Jovel) pour entamer les démarches» pour mettre en oeuvre cette décision, a écrit le président sur son compte Twitter, un message diffusé par son service de presse. Premier chef d'Etat à emboîter le pas à Washington, le président Morales a rendu compte sur les réseaux sociaux d'un entretien téléphonique qu'il a eu auparavant avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

«Un des thèmes les plus importants (de l'entretien) avec le Premier ministre (israélien) a été le retour de l'ambassade du Guatemala à Jérusalem», a fait savoir Morales, soulignant les «excellentes relations» entre les deux pays «depuis que le Guatemala a soutenu la création de l'Etat d'Israël».

Vendredi, le président Morales a défendu le soutien de son pays à la décision des États-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, au lendemain du vote massif de l'Assemblée générale de l'ONU condamnant cette initiative de président américain Donald Trump. «Le Guatemala est historiquement pro-Israël» et "en 70 ans de relations, Israël a été notre allié», avait-il déclaré.

Le Guatemala avait voté contre la condamnation de l'ONU, avec le Honduras, le Togo, la Micronésie, Nauru, Palau et les îles Marshall, en plus des Etats-Unis et d'Israël. «Malgré le fait que n'ayons été que neuf dans le monde, nous avons la totale certitude et conviction que c'était la bonne voie», a-t-il encore déclaré. La décision de Donald Trump a provoqué des manifestations quasi-quotidiennes dans les Territoires occupés par Israël, et terni la fête de Noël pour les chrétiens palestiniens.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles