Le pape compare «le fruit défendu» aux «fake news»

Pour le pape François, le rôle de journalistes est immense dans la limitation des fake news. [Andreas SOLARO / AFP]

A l'occasion de la 52e journée mondiale des communications, le pape François a fustigé ce mercredi les fake news. Et, pour ce faire, il s'est référé à un épisode fondateur de la Bible.

Le serpent qui exhorte Ève à croquer dans le fruit défendu constitue d'après le pape «la première des fake news».

Le souverain pontife a donc filé la métaphore des thèses fallacieuses du serpent pour fustiger la propagation des fausses informations.

«Il faut démasquer ce qui pourrait être défini comme la logique du serpent, capable partout de se dissimuler et de mordre», a ainsi alerté François.

De l'importance du journalisme

Et d'après lui, à l'image du l'épisode de la Bible : «aucune désinformation n'est inoffensive. De fait, se fier à ce qui est faux produit des conséquences néfastes. Même une distorsion apparemment légère de la vérité peut avoir des effets dangereux».

Aussi, dans ce dessein de recherche de la vérité, la mission du journaliste est-elle prépondérante.

Dans les mots du souverain pontife, le reporter est donc ce nécessaire «gardien des nouvelles».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles