Une fausse étoile énerve les astronomes

Humanity Star brillera dans les cieux pendant neuf mois. [Capture d'écran Youtube]

Ce mercredi 24 janvier, la firme Rocket Lab a fait sensation en plaçant une boule à facette, qui ressemble à s'y méprendre à une étoile, en orbite. Mais la fausse étoile s'attire déjà les foudres des astronomes. 

Cette boule argentée, baptisée «Humanity Star», a quitté le sol néo-zélandais avec trois satellites à bord du lanceur de la compagnie. Haute d'environ un mètre de diamètre, elle est composée de 65 facettes hautement réfléchissantes, et a pour ambition d'être l'objet le plus brillant dans le ciel jusqu'à son retour dans l'atmosphère terrestre dans neuf mois.

Humanity Star est «un rappel pour tous ceux qui sont sur Terre de la fragilité de notre place dans l'univers», avait déclaré Peter Beck, fondateur de Rocket Lab, qui souhaitait «créer une expérience partagée par l'ensemble de la planète».

Un «acte de vandalisme», pour les astronomes

Mais ceux dont le métier consiste à observer le ciel et les véritables astres ne l'ont pas entendu de cette oreille. Pour eux, la pollution lumineuse est déjà problématique, et la présence de cette boule à facette géante ne fait qu'empirer les choses. 

«La plupart d'entre nous ne trouvera pas cela mignon si je mets une grosse lampe clignotante sur un ours polaire, ou si je mettais le slogan de mon entreprise en haut de l'Everest», s'est insurgé Caleb A. Scharf, directeur du département d'astrobiologie de l'Université de Columbia, dans Scientific American. «Fourrer une sphère éclatante dans les cieux me semble tout aussi abusif», a-t-il ajouté. 

Richard Easther, professeur à l'Université d'Auckland, a quant à lui déploré que les auteurs de cette expérience n'aient pas considéré les effets néfastes possibles. «Cet unique exemple ne sera pas grand chose, mais l'idée que cela devienne commun, surtout sur une grande échelle, fera descendre les astronomes dans la rue», a-t-il affirmé au Guardian

D'autres scientifiques ont laissé éclater leur colère sur Twitter. 

«C'est stupide, vandaliser le ciel nocturne et corrompre notre vue du cosmos»

«Grâce à l'acte de vandalisme environnemental de Rocket Lab, la Nouvelle-Zélande est le premier pays à 'taguer' le cosmos. Un bon exemple de l'image propre et verte de la Nouvelle-Zélande projeté dans le ciel nocturne de notre planète menacée. Humanité ? Ne me faîtes pas rire. Le summum de l'exagération commerciale»

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles