Oxfam enquête sur 26 nouveaux cas de comportements sexuels inappropriés

Le directeur général d'Oxfam, Mark Goldring, comparaît comme témoin devant une commission parlementaire à Londres, le 20 février 2018 [HO / PRU/AFP] Le directeur général d'Oxfam, Mark Goldring, comparaît comme témoin devant une commission parlementaire à Londres.[HO / PRU/AFP]

L'ONG britannique Oxfam, dans la tourmente depuis la révélation d'abus commis en Haïti par certains de ses employés après le séisme de 2010, a déclaré mardi qu'elle enquêtait sur 26 nouveaux cas de comportements sexuels inappropriés.

Seize de ces cas concernent les programmes internationaux d'Oxfam, confédération d'une vingtaine d'organisations humanitaires qui emploie 10.000 personnes à travers le monde et plusieurs dizaines de milliers de volontaires.

Ces cas se rapportent à «des événements récents comme à d'autres historiquement plus anciens», a précisé devant les membres d'une commission parlementaire britannique le directeur général d'Oxfam, Mark Goldring. «Nous voulons vraiment que les gens se manifestent», a-t-il dit, indiquant que des enquêtes pourraient de nouveau être menées sur certaines affaires anciennes.

Ces derniers jours, d'autres révélations ont déjà émergé. Plusieurs employés d'Oxfam sont ainsi accusés d'avoir commis des viols au cours de missions humanitaires au Soudan du Sud et des abus sexuels au Liberia.

Oxfam enquête aussi sur des accusations d'abus sexuels aux Philippines après le passage d'un typhon destructeur en 2013. La directrice régionale en Asie, Lan Mercado, a expliqué avoir connaissance de plaintes dans ce pays ainsi qu'au Bangladesh et au Népal sur la période 2009-2013, tout en affirmant que leur ampleur n'était «pas comparable» avec ce qui s'est passé à Haïti.

L'an dernier, «87 rapports d'incidents» ont été remontés au sein de l'ONG au Royaume-Uni et à l'étranger, 35 étant communiqués à la Commission caritative, l'institution britannique qui contrôle les organisations humanitaires. Ces 87 cas vont d'affaires «mineures» à des affaires «très graves», selon M. Goldring. Il a présenté ses excuses «pour les dommages qu'Oxfam a causés».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles