Tout savoir sur Sherin Khankan, l’imam danoise aux idées progressistes

Cette Danoise de 43 ans a lancé la première mosquée dans laquelle seule des femmes imams officient.[Jonathan NACKSTRAND / AFP]

Récemment reçue par Emmanuel Macron, l'imam danoise Sherin Khankan affichent des propositions progressistes qui dénotent.

Elle prône notamment un islam plus féminin (et féministe). Invitée à l'Elysée, la mère de famille a parlé de l'avenir de sa religion en Europe avec le président français. À cette occasion, elle a également rencontré Delphine Horvilleur, une des rares femmes rabbins de France. 

Sherin Khankan est notamment à l'initiaitive de la construction au Danemark d'une mosquée dans laquelle seules des femmes imams officient. Il s'agit de la première du genre dans les pays scandinaves.

Position modérée sur le voile

La Danoise de 43 ans dirige la mosquée Mariam avec sa collègue Saliha Marie Fetteh depuis son ouverture en février 2016. Un vendredi par mois, la prière est même interdite aux hommes. Ce choix a d'ailleurs valu à Sherin Khankan, elle-même imam - la première du Danemark -, d'être critiquée. Certains lui reprochent de ne pas être allée au bout de sa démarche féministe.

Par ailleurs, sur la question du voile qui cristallise de nombreux débats en France, l'imam défend une position modérée et basée sur la libertée individuelle. «Si une femme est contrainte de porter le hijab, je me battrai pour qu’elle ne le porte pas», soutient-elle. 

Mariages interconfessionnels et refus de la polygamie

Mais ce n'est pas la seule audace progressiste dont fait preuve l'islamologue. Ainsi, la mosquée Mariam se distingue aussi par le fait qu'elle accueille des mariages interconfessionnels.

Pas question non plus de donner moins de droits aux femmes. Le contrat de mariage stipule que «la femme a le droit de divorcer et que la polygamie est proscrite». Le mariage est par ailleurs annulé en cas de violence conjugale.

Ces positions sont à rebour de l'islam promu dans certaines régions du monde, comme en Arabie Saoudite, où l'interprétation du coran se fait de façon beaucoup plus rigoriste.

Un parcours hors du commun

Sherin Khanhan a probablement puisé ses convictions et son approche modérée de la religion musulmane, proche du soufisme, dans son histoire personnelle. La petite fille naît en 1974 au Danemark d'une union mixte. Elle est influencée par une mère finlandaise, infirmière de profession, et un père, homme de lettres et réfugié syrien. 

La mixité s'est aussi invitée un peu plus tard dans son cursus. Jeune adulte, elle a suivi une formation islamique à l'université de Damas et de Copenhague. En août 2001, elle a créé le «Forum des musulmans critiques» pour réfléchir à un islam plus moderne et progressiste. Les attentats du 11-Septembre 2001 et le climat parfois islamophobe qu'ils ont laissé derrière eux, ont fini de convaincre la Danoise d'oeuvrer dans le sens d'un islam féministe plus ouvert.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles