La Corée du Nord abrite un virus ultrarésistant

Le fleuve Taedong à Pyongyang, en Corée du Nord. [ED JONES / AFP]

L'arme nucléaire n'est pas la seule chose à craindre de la part de la Corée du Nord. Selon les experts de la santé, le pays pourrait connaître une explosion des cas de tuberculose liés à un virus résistant aux traitements.

Bloomberg rappelle ainsi que le Fonds mondial chargé de la lutte contre le SIDA, la Malaria et la tuberculose en Corée du Nord a annoncé en février qu'il allait se retirer du pays en juin. Ce qui pourrait entraîner une pénurie de traitements contre la tuberculoses, ont alerté des médecins de l'école de médecine de Harvard dans la revue The Lancet, le 14 mars. 

Or, selon l'OMS, 5.7000 des 130.000 cas de tuberculose recensés en Corée du Nord en 2016 ont été causés par une bactérie résistante aux antibiotiques ou a au moins deux autres traitements. Des chiffres qui pourraient avoir été sous-estimés, comme l'a expliqué le Journal of Korean Medical Science, qui a près avoir analysé des centaines de patients, a déterminé que les trois quarts étaient résistants aux traitements.

Si l'épidémie de tuberculose en Corée du Nord devenait hors de contrôle, cela pourrait avoir un impact mondial, alertent les scientifiques. Des cas ont déja été signalés en Chine parmi les travailleurs migrants. La Corée du Sud pourrait également être concerné par l'épidémie.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles