Une princesse évadée de Dubaï ramenée de force aux Emirats

La princesse émiratie, Latifa Al Maktoum, a publié une vidéo sur YouTube où elle incrimine son père de meurtres, tortures et kidnappings. [Capture d'écran]

Sheikha Latifa Al Maktoum, une princesse de Dubaï, s'était évadée des Emirats Arabes Unis en mars. Elle a été «ramenée» chez elle contre son gré, d'après les informations d'Associated Press.

Une source proche du gouvernement a confié à l’AFP que la jeune femme de 33 ans allait bien et qu’elle est actuellement auprès de sa famille. Une version qui ne semble pas avoir convaincu les deux amis de la princesse qui l’avaient aidée à s’échapper.

Arrêtés par la marine indienne

Le 24 février dernier, Latifa Al Maktoum et sa meilleure amie finlandaise, Tiina Jauhiainen, avaient réussi à quitter Dubaï dans un yacht appartenant à un ancien espion français, Hervé Jaubert. Arrivés dans les eaux internationales, la marine indienne les avait arrêtées. L'ex-agent secret parle plutôt d'un «kidnapping». «Un commando est monté à bord, on nous a menottés, puis battus.», a-t-il déclaré au Figaro

Les deux alliés de la princesse l'ont vue une dernière fois sur le voilier lorsqu'elle était en train de se débattre en hurlant contre les autorités indiennes. Elle leur aurait demandé le droit d'asile, mais a été ignorée, d'après le témoignage de Tiina Jauhiainen. Depuis, ils n'ont aucune nouvelle de Latifa Al Maktoum.

Hervé Jaubert a connu la princesse lorsqu'il travaillait avec un homme d'affaires émirati dans une société de sous-marins touristiques. Mais leur relation s'étant détériorée, il avait dû s'exfiltrer en 2009.  Latifa Al Maktoum l'a contacté après avoir lu le livre où il raconte ses péripéties. «Elle pensait que je pouvais l'aider à s'enfuir grâce à ma propre expérience; j'ai décidé de l'aider par amitié, je n'ai reçu aucune contrepartie financière», a affirmé Hervé Jaubert à nos confrères du Figaro.

Libérés grâce à une vidéo enregistrée par Latifa

Ils ont ensuite été enfermés dans la base militaire de Fujairah, à l’ouest de Dubaï, avant d’être libérés le 20 mars. Les autorités émiraties les accusaient d’avoir enfreint les lois musulmanes en aidant la princesse à s’échapper, mais «aucune une infraction des lois internationales» n’aurait été commise.

Hervé Jaubert pense plutôt que leur libération est due à une vidéo publiée le 9 mars sur YouTube qui avait été enregistrée par Latifa Al Maktoum avant sa fuite. «J'ai compris qu'elle leur posait un sérieux problème et qu'ils étaient obligés de nous laisser partir», a-t-il estimé à propos de la vidéo où la princesse raconte être détenue contre son gré par son père, le premier ministre des Émirats Arabes Unis et émir de Dubaï, Mohammed ben Rachid Al Maktoum. 

Des princesses torturées par leur père

Privée de libertés, Latifa Al Maktoum explique avoir tenter de s'évader, mais a échoué à la frontière. Elle raconte avoir été tabassée sous les ordres de son père, et enfermée dans un immeuble surnommé «la tente» durant trois ans.

Elle l'accuse de plusieurs crimes dont le meurtre de sa belle-mère marocaine, mais d'avoir torturé et drogué sa sœur ainée, Chemsa qui avait tenté de s'enfuir au Royaume-Uni dans les années 2000 avant d'être rattrapée par des agents émiratis.

Dans la vidéo, Latifa Al Maktoum explique qu'elle doit partir du pays pour aider sa sœur encore enfermée. Aujourd'hui, ce sont ses amis, Hervé Jaubert et Tiina Jauhiainen, qui essaient de venir en aide à la princesse en parlant de son histoire aux médias internationaux.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles