Le président de l'université de Californie du Sud démissionne après un scandale d'abus sexuels

Max Nikias, président de l'université USC, a démissionné suite à un scandale d'abus sexuels. [LEON BENNETT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Le président de l’université USC (Californie) a accepté de donner sa démission après des révélations datées de la semaine dernière sur un ancien gynécologue employé sur le campus, et accusé d’avoir sexuellement abusé des étudiantes pendant plus de vingt-cinq ans.

L’université est ainsi accusée d’avoir ignoré de très nombreuses plaintes de jeunes femmes remontant jusqu’au début des années 90, et est visée par au moins trois plaintes collectives, déposées par les cabinets ASWT, JJS, et Hagens Berman, et deux autres plaintes individuelles.

Dès lors, une réaction était attendue de la part de la direction de l’université. «Aujourd’hui, le président Nikias et le comité exécutif du Conseil d'Administration (CA) se sont mis d'accord pour commencer une transition progressive et la sélection d'un nouveau président», a donc écrit vendredi dans une lettre aux membres de l'université Rick Caruso, président du Conseil d’Administration.

«Quelque chose s’est brisé»

«Nous avons entendu le message que quelque chose s’est brisé, et qu’il faut des mesures urgentes et profondes», et «reconnaissons qu’il faut un changement», a-t-il ajouté, cité par l’AFP.

Le Conseil d’Administration avait dans un premier temps apporté son soutien au président Nikias après les révélations sur le gynécologue George Tyndall. Ce dernier est accusé d'avoir pénétré avec ses doigts voire sa main entière le vagin de ses patientes sans aucune raison médicale. Il aurait également fait de nombreux commentaires lubriques sur le corps des patientes. D’autres l’accusent également de remarques racistes et homophobes.

Face à la pression exercée ces derniers jours à l'USC, notamment illustrée par un vote des professeurs de l’université demandant son départ, le Conseil d’Administration a finalement changé d’avis, et M. Nikias a accepté de quitter ses fonctions, qu’il occupait depuis 2010.  

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles