«Koh-Lanta» : il a vécu nu reclus sur une île pendant 29 ans

Seul pendant près de trente ans, Nagasaki explique avoir occupé ses journées en s'étirant au soleil, nettoyant son camp et en évitant les piqûres d'insectes.[Capture]

Il avait volontairement fui la civilisation et choisi de vivre à la «Koh-Lanta». Reclus sur l'île de Sotobanari (Japon) depuis 1989, Masafumi Nagasaki, 82 ans, a été contraint de retrouver son ancienne vie en raison de l'apparition récente de problèmes de santé.

Seul habitant de ce minuscule archipel, il a été trouvé affaibli par une patrouille maritime lui rendant visite de temps à autre. Il vit désormais à une soixantaine de kilomètres dans une maison plus adaptée aux exigences qu'impose son âge vieillissant.

L'histoire de Nagasaki rappelle certains scénarios de films d'aventure bien connus. C'est peu avant le début des années 90, que celui qui fut surnommé «L'ermite nu» décide de se mettre en retrait de la vie occidentale. Il s'établit alors sur l'île de Sotobanari, dépourvue d'installation en eau courante.

L'endroit est bien connu des pêcheurs locaux : piégés dans des courants dangereux, peu d'entre eux osent s'y aventurer de peur d'y faire naufrage. 

4da0bdb400000578-5883941-image-a-10_1529955712592.jpg

Une fois sur place, Masafumi Nagasaki, ancien employé dans le secteur du divertissement, chasse, pêche, se confectionne un abri et s'habitue rapidement à sa nouvelle vie. Une année, ses vêtements sont emportés par un typhon. Depuis, il vit nu. «Se promener nue ne correspond pas vraiment à la société normale, mais ici, sur l'île, on se sent bien. C'est comme un uniforme.», s'amuse-t-il.

Seul pendant près de trente ans, Nagasaki explique avoir occupé ses journées en s'étirant au soleil, nettoyant son camp et en évitant les piqûres d'insectes. C'est avec une amertume non dissimulée qu'il a dû quitter son île. «J'avais décidé de mourir ici entouré par la nature», regrette-t-il.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles