Chine : ils forçaient leurs employés à boire de l'urine et à manger des cafards

L'entreprise de rénovation avait pour habitude de «punir» ses employés qui n'atteignaient pas leurs objectifs[WANG ZHAO / AFP]

En Chine, plusieurs managers d'une entreprise de la province de Guizhou ont été écroués. Selon les médias locaux, ils forçaient notamment leurs employés à boire notamment de l'urine, pour les punir. 

Cette nouvelle affaire de maltraitance au travail, particulièrement sordide, s'ajoute à une liste déjà conséquente au pays du Milieu.

Des sévices en guise d'encouragement

Comme le rapporte le South China Morning Post, l'entreprise de rénovation avait pour habitude de «punir» ses employés qui n'atteignaient pas leurs objectifs. Ces derniers étaient battus, se faisaient raser les cheveux, et devaient parfois boire des verres d'urine ou d'eau des toilettes. 

Les policiers sont intervenus après avoir repéré, sur le réseau social Weibo, une vidéo montrant un employé de l'entreprise au milieu de ses collègues, fouetté à l'aide d'une ceinture. Dans une autre séquence, un salarié est contraint d'avaler un liquide jaunâtre, qu'il porte à sa bouche en se bouchant le nez. 

Et les managers entendaient bien aller encore plus loin : dans un message envoyé au personnel, transmis aux policiers, l'un des responsables avait prévenu que la prochaine punition impliquerait des cafards. «Si les objectifs de vente ne sont pas atteints à la fin du mois, le chef d'équipe devra manger trois cafards pour chaque échec», peut-on lire. 

Trois managers ont été arrêtés. Ils ont par la suite été mis sous les verrous pendant cinq à dix jours. Selon les médias chinois, ils n'avaient pas rémunéré leurs employés ces deux derniers mois, mais le personnel n'avait pas osé réclamer ces salaires. 

Ce genre d'affaire est monnaie courante en Chine, où plusieurs vidéos montrant des conditions de travail déplorables ont été publiées sur Internet. On y voit notamment des employés se gifler mutuellement pour se motiver, et d'autres marchant à quatre pattes lors des réunions. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles