Donald Trump affirme que les gilets jaunes scandent son nom et critique l'accord sur le climat

Les relations entre le locataire de la Maison Blanche et celui de l'Elysée, se sont considérablement refroidies ces derniers mois. [Jim WATSON / AFP]

Donald Trump a attaqué une nouvelle fois, samedi, l'accord de Paris sur le climat. Il affirme que le mouvement des «gilets jaunes» est la preuve que cet accord ne «marche pas». 

«L'accord de Paris ne marche pas si bien pour Paris. Manifestations et émeutes partout en France», a écrit sur Twitter le président américain alors qu'une quatrième journée de manifestation se déroule dans le pays. «Les gens ne veulent pas payer de grosses sommes d'argent (...) pour  protéger sans aucune certitude l'environnement», ajoute-t-il.

Il affirme ensuite que des citoyens français souhaitent un président comme lui. «Ils chantent 'Nous voulons Trump !' J'adore la France»». 

Plus tard, dans la journée de samedi, le président américain a donné une nouvelle fois son opinion. Dans un nouveau tweet, il a décrit «un jour et une nuit très triste à Paris». «Peut-être qu'il est temps de mettre fin à l'accord de Paris, ridicule et extrêmement cher, et rendre l'argent aux gens en réduisant les impôts», a-t-il ajouté.

Les relations entre le locataire de la Maison Blanche et celui de l'Elysée, se sont considérablement refroidies ces derniers mois.

Le président américain avait déjà ironisé, mardi, sur les concessions faites par Emmanuel Macron aux gilets jaunes sur les taxes sur les carburants. Il avait alors affirmé dans un tweet que «l'accord de Paris est fondamentalement mauvais car il provoque une hausse des prix de l'énergie pour les pays responsables, tout en donnant un blanc-seing à certains des pires pollueurs au monde». 

Cette nouvelle critique a lieu alors que près de 200 pays sont réunis en Pologne, pour la 24e conférence mondiale sur le climat. 

Vous aimerez aussi

Politique La cote de popularité d'Emmanuel Macron chute encore
Un vaccin contre la grippe présenté dans une pharmacie américaine CVS le 4 octobre 2018 à Miami [JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives]
Politique La couverture santé de Barack Obama objet d'une nouvelle bataille aux États-Unis
Politique Prime exceptionnelle défiscalisée jusqu'à 1.000 euros, éligibilité jusqu'à 3.600 euros net

Ailleurs sur le web

Derniers articles