Allemagne : un symbole nazi utilisé par un parti fondé par un politicien d’extrême droite

Le bleuet a été utilisé comme symbole secret par les nationaux-socialistes dans les années 1930, en Autriche. Le bleuet a été utilisé comme symbole secret par les nationaux-socialistes dans les années 1930, en Autriche. [Capture Facebook]

Un homme politique allemand a quitté l'alternative d'extrême droite, afin de constituer un nouveau parti avec un logo reprenant un symbole adopté comme signe secret par les nazis autrichiens, dans les années 1930.

André Poggenburg a démissionné de son poste de leader régional de l'Alternative for Germany (AfD), dans l'est de la Saxe-Anhalt l'an dernier, après avoir qualifié les Turcs de «conducteurs de chameaux» et d'immigrés ayant la double nationalité d'une «foule de sans-abri que nous ne voulons plus». Il a annoncé sa démission du parti dans un mail envoyé aux dirigeants plus tôt cette semaine.

Dans l'e-mail, l'homme politique a reproché à l'AfD de trop s'inquiéter de la possibilité d'être mis sous surveillance par les services de renseignement allemands. Par ailleurs, il a déclaré au journal Welt qu'il était opposé à un «virage à gauche» de l'AfD, qui a passé les derniers mois à se débarrasser d'éléments extrêmes pour tenter de paraître plus modérée.

«Ce n'était plus vraiment mon foyer politique»

«Malheureusement, les développements au sein de l'AfD au cours des dernières semaines et des derniers mois ont montré que ce n'était plus vraiment mon foyer politique», a écrit Poggenburg dans son courrier électronique.

Son nouveau parti, intitulé Aufbruch der deutschen Patrioten (Éveil des patriotes allemands), utilisera un bleuet en fond d'un drapeau allemand. La petite fleur bleue a été utilisée comme symbole secret par les nationaux-socialistes alors interdits dans les années 1930 en Autriche, avant que l'Anschluss de 1938 n'emmène les nazis au pouvoir dans le pays.

Poggenburg, qui a été critiqué à plusieurs reprises pour avoir utilisé le vocabulaire de l'époque nazie, amènera au moins deux alliés de l'AfD, Egbert Ermer et Benjamin Przybylla, dans son parti naissant. Le parti envisage de faire ses débuts électoraux lors d'élections régionales dans les États de l'est de la Saxe, de la Thuringe et du Brandebourg cet automne.

Poggenburg a déclaré à Welt qu'il ne voulait pas que le parti rivalise avec l'AfD, et qu'il proposait «de rester avec le positionnement [politique] réussi de l'AfD il y a environ deux ans et de ne pas accepter le virage à gauche perceptible».

Ce développement occultera la conférence annuelle de l’AfD dans la ville saxonne de Riesa, qui s’est ouverte vendredi. Les délégués finaliseront le programme du parti pour les prochaines élections européennes et devraient rejeter une proposition soutenant «Deuxit» - l’Allemagne quittant l’UE.

Une nouvelle diversion est survenue après que la police a publié une séquence de la violente attaque de lundi contre le politicien AfD Frank Magnitz. La séquence de vidéosurveillance de 66 secondes montre un homme frappant Magnitz à la tête par derrière, avec sa main nue. Magnitz tombe par terre et l'homme s'enfuit, suivi de deux complices.

La police avait déjà déclaré que les images jetaient un doute sur le compte de l’AfD, dans lequel le parti affirme que des assaillants inconnus ont jeté Magnitz au sol avec un instrument en bois avant de le frapper à la tête. Magnitz, qui dirige la section de l’AfD dans la ville de Brême, a passé trois jours à l’hôpital après l’attaque.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles