Le Botswana veut légaliser la chasse aux animaux sauvages

En 2015, on comptait 135.000 éléphants au Botswana[CARL DE SOUZA / AFP]

La décision a fait l'effet d'une bombe : jeudi 21 février, le Bostwana a confirmé son intention de légaliser la chasse aux animaux sauvages sur son territoire. 

Cette chasse avait été prohibée par le président Seretse Khama Ian Khama en 2014. Mais dès le départ de cet ardent défenseur de l'environnement en avril 2018, le nouveau gouvernement a relancé ce débat, demandant dans la foulée à un comité de se prononcer sur la levée éventuelle de cette interdiction.

Et le verdict du comité, présidé par le ministre du Développement rural Frans van der Westhuizen, est tombé. «[Il] estime nécessaire les recommandations suivantes : la levée de l'interdiction de la chasse» et «l'introduction de l'abattage régulier mais limité d'éléphants». 

Les défenseurs des animaux de ce pays, qui abrite la plus grande population africaine d'éléphants, sont rapidement montés au créneau. «Quel désastre !» s'est désolé Dex Kotze, un homme d'affaire très impliqué dans la cause animale. «Le Bostwana compte deux millions d'habitants et son économie dépend des diamants et du tourisme. [Cette décision] pourrait faire des dégâts importants dans l'industrie touristique du Botswana. C'est fou», a-t-il ajouté à l'AFP. 

En 2015, on comptait 135.000 éléphants au Botswana

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles