Jair Bolsonaro : «Le Brésil ne doit pas devenir un paradis du tourisme gay»

De nombreux élus et associations LGBT ont dénoncé les propos du président, s’inquiétant de leurs conséquences.[Miguel SCHINCARIOL / AFP]

Le président brésilien Jair Bolsonaro s’est de nouveau illustré par des propos homophobes, estimant que le Brésil ne devait pas «devenir un paradis du tourisme gay».

«Si tu veux venir ici et faire l’amour à une femme, fais ta vie», a-t-il d’abord lancé avant de poursuivre : «mais on ne peut pas laisser le pays devenir un paradis du tourisme gay. Le Brésil ne peut pas être le pays de tous les gays du monde. Nous avons des familles».

Des propos aux lourdes conséquences

De nombreux élus et associations LGBT ont dénoncé les propos du président, s’inquiétant de leurs conséquences. Jean Wyllys, militant des droits LGBT et député qui a quitté la vie politique et choisit l’exil en janvier dernier après des menaces de mort, a estimé que les déclarations du chef de l’Etat incitaient à la haine contre les minorités.

Pour Renan Quinalha, avocat et militant LGBT cité par le Guardian, de tels propos «donnent le feu vert à des niveaux de violence déjà alarmants contre la communauté LGBT».

D’autant plus que Jair Bolsonaro n’en est pas à sa première sortie homophobe. En 2011, notamment, il avait déclaré dans une interview au magazine Playbot qu’il «préfèrerait que (son) fils meure dans un accident plutôt que de le voir apparaître avec un moustachu». En 2013, lors d’un entretien avec Stephen Fry, il avait affirmé que des «fondamentalistes homosexuels » étaient en train de «laver le cerveau d’enfants hétérosexuels […] afin de les satisfaire sexuellement à l’avenir».

Le président s’en prend également régulièrement à des personnalités ou élus brésiliens en raison de leur orientation.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles