Une femme emprisonnée pour vol après avoir donné les armes de son mari violent à la police

La femme a été soupçonnée d'avoir commis un cambriolage armé. [JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Se sentant menacée, une habitante de Floride (Etats-Unis) a apporté à la police les armes à feu de son ex-mari. Elle a été arrêtée pour avoir commis un cambriolage armé. L'histoire a fait un véritable tollé.

Courtney Irby a donc été condamnée à six jours de prison pour vol. L'histoire a profondément choqué, notamment une membre du Conseil de l'Etat de Floride qui a demandé aux procureurs de classer l'affaire. , condamnée à six jours de prison pour vol. un membre du conseil de l’Etat de Floride a demandé aux procureurs de classer l’affaire.

Sur Twitter, Anna Eskamani a partagé la missive envoyée à l'avocat de l'Etat, Brian Haas, pour prendre la défense de la femme de 32 ans : «Madame irby cherchait de l’aide auprès du département de police de Lakeland et prenait des mesures pour se protéger elle et ses enfants», a notamment commenté la conseillère. «Nous devrions être scandalisés par son arrestation et je demande que votre bureau ne la poursuive pas».

Séparés depuis décembre dernier, Courtney et Joseph Irby ont deux enfants et sont en instance de divorce. Le 14 juin dernier, après une réunion de divorce au tribunal, le mari avait provoqué une collision entre son véhicule et celui de sa femme. Pour ces faits, il avait été arrêté pour violences graves et une ordonnace d'interdiction temporaire avait été émise.

Craignant pour sa vie et celle de ses enfants, la mère de famille s’était rendue à l'appartement de son ancien conjoint pour mettre la main sur ses armes à feu et les emmener au poste de police de Lakeland.

Sur place, un agent a demandé à madame irby si elle était entrée dans le logement de son mari sans son autorisation et avait donc «commis un cambriolage armé». La police a alors prévenu Joseph Irby qui a souhaité porter plainte. 

Monsieur et madame Irby doivent comparaître tous les deux devant le tribunal en juillet. 

Une collecte de fonds pour couvrir les frais juridiques a été mise en place en solidarité et avait déjà dépassé les 6.400 dollars lundi. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles