R. Kelly visé par de nouvelles accusations pour sollicitation de prostitution de mineure

R. Kelly est notamment accusé dans le Minnesota de sollicitation de prostituée mineure et de sollicitation de mineure. R. Kelly est notamment accusé dans le Minnesota de sollicitation de prostituée mineure et de sollicitation de mineure. [SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Le chanteur américain R. Kelly a été inculpé lundi 5 août pour avoir enlevé, séquestré, menacé et filmé, à leur insu, plusieurs jeunes filles et jeunes femmes dans quatre Etats différents des Etats-Unis. Il est notamment accusé dans le Minnesota de sollicitation de prostituée mineure et de sollicitation de mineure.

A l'époque, une jeune femme de moins de 18 ans avait demandé un autographe à l'interprète de «I Believe I Can Fly».

R. Kelly l'aurait invitée à son hôtel, où elle se serait vu offrir «200 dollars pour qu'elle enlève ses vêtements et qu'elle danse pour lui», a expliqué le procureur. La jeune fille se serait exécutée et selon le procureur, un contact sexuel aurait eu lieu, sans qu'il n'y ait toutefois de rapport sexuel, indique Franceinfo.

R. Kelly face à plusieurs procédures

Accusé depuis des décennies d'avoir incité des mineures à avoir des relations sexuelles avec lui, et même d'avoir constitué un réseau d'esclaves sexuelles, le chanteur fait face, depuis le début de l'année, à une série de procédures.

En début d'année, déjà, R. Kelly avait été accusé, devant un tribunal de l'Etat de l'Illinois, d'abus sexuels avec circonstances aggravantes. Le 16 juillet, il a plaidé non coupable d'une série de chefs d'inculpation devant un tribunal fédéral de Chicago. Le procureur fédéral de sa ville d'origine l'accuse de relations sexuelles avec des mineures, un crime fédéral sous certaines conditions.

À suivre aussi

Ouverture du procès de Bilal Taghi, auteur du premier attentat jihadiste en prison
Justice Bilal Taghi condamné à 28 ans de prison pour le premier attentat jihadiste en prison
Justice Catastrophe de Brétigny : un procès pour homicides involontaires requis contre la SNCF
Willy Bardon, à gauche, accusé du viol et du meurtre d'Elodie Kulik en 2002, à son arrivée au palais de justice d'Amiens le 21 novembre 2019  [DENIS CHARLET / AFP]
Procès Meurtre d'Elodie Kulik : Willy Bardon, «un bon père», parfois très porté sur l'alcool

Ailleurs sur le web

Derniers articles