Syrie : les forces prorégime cherchent à encercler une ville clé du nord-ouest

Des combattants rebelles montrent les débris d'un avion du régime syrien abattu, près de Khan Cheikhoun, le 14 août 2019 [Omar HAJ KADOUR / AFP] Des combattants rebelles montrent les débris d'un avion du régime syrien abattu, près de Khan Cheikhoun, le 14 août 2019 [Omar HAJ KADOUR / AFP]

Les forces du régime syrien cherchent jeudi à encercler une ville située sur une autoroute clé du nord-ouest de la Syrie contrôlé par les jihadistes, qui ont abattu la veille un avion de Damas et capturé son pilote, selon une ONG.

La majeure partie de la province d'Idleb ainsi que des segments des provinces voisines d'Alep, de Hama et de Lattaquié échappent toujours au contrôle du président syrien Bachar al-Assad, huit ans après le début du conflit.

Cette région, dominée par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda) et qui abrite quelques groupes rebelles, est la cible depuis fin avril de bombardements quasi quotidiens du régime et de son allié russe.

Syrie [Sophie RAMIS / AFP]
Syrie

Depuis plusieurs jours, les forces prorégime avancent sur le terrain. Elles se trouvent désormais à trois kilomètres au nord-ouest de la ville stratégique de Khan Cheikhoun après avoir pris le contrôle jeudi de cinq villages environnants, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Khan Cheikhoun se trouve sur l'autoroute qui traverse Idleb et relie la capitale Damas à la métropole d'Alep (nord), toutes deux sous contrôle gouvernemental.

«L'objectif est d'encercler Khan Cheikhoun et d'atteindre l'autoroute», a affirmé à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Au fil des ans, le régime de Damas a réussi à consolider son emprise sur plus de 60% du pays grâce au soutien de la Russie et de l'Iran.

Avion abattu

Mercredi, un avion de l'armée syrienne qui survolait une zone à l'est de Khan Cheikhoun a été abattu par les jihadistes et son pilote a été capturé, une première depuis le début de l'escalade militaire dans la région, selon l'OSDH.

HTS a revendiqué l'attaque et jeudi, le groupe jihadiste a publié sur son site une vidéo montrant un homme, présenté comme le pilote, qui affirme s'appeler Mohammad Ahmad Sleiman et être lieutenant-colonel de l'armée de l'air syrienne.

Le corps d'un Syrien dans les décombres d'une construction après une frappe aérienne sur Maaret al-Noomane dans le sud de la province d'Idleb, le 14 août 2019 [Abdullah Hammam / AFP]
Le corps d'un Syrien dans les décombres d'une construction après une frappe aérienne sur Maaret al-Noomane dans le sud de la province d'Idleb, le 14 août 2019

Les combats acharnés dans la nuit de mercredi à jeudi ont tué onze jihadistes et rebelles et cinq combattants prorégime.

Un civil a par ailleurs été tué dans des frappes menées par l'aviation syrienne sur un village dans le sud de la province d'Idleb, selon l'OSDH.

L'intensité des bombardements et l'avancée des forces prorégime ces derniers jours ont provoqué d'importants déplacements de population dans la région.

Depuis fin avril, près de 1.300 combattants jihadistes et rebelles et plus de 1.140 membres des forces prorégime sont morts dans les affrontements, selon l'OSDH.

Plus de 820 civils ont aussi péri dans les bombardements, d'après la même source. Plus de 400.000 personnes ont été déplacées dans cette région qui abrite trois millions de personnes, selon l'ONU.

La région d'Idleb a fait l'objet d'un accord sur une «zone démilitarisée» conclu en septembre 2018 par Ankara, parrain des rebelles, et Moscou. Mais celui-ci n'a été que partiellement appliqué, les jihadistes ayant refusé de se retirer.

Déclenchée en 2011, la guerre en Syrie a fait plus de 370.000 morts et déplacé des millions de personnes.

À suivre aussi

Les troupes de Damas se rapprochent ce lundi de la frontière avec la Turquie, au lendemain de l'annonce d'un accord entre les Kurdes et le régime de Bachar al-Assad.
Moyen-orient Offensive turque en Syrie : quelles conséquences après l'alliance entre les Kurdes et le régime de Bachar al-Assad ?
Selon le dernier bilan, l’offensive turque en Syrie a déjà fait plus de 160 morts chez les Kurdes, dont une soixantaine de civils.
Moyen-orient Offensive turque : le conflit de trop en Syrie
Pour Dorothée Schmid, l'offensive turque en Syrie vise notamment à «empêcher les Kurdes de consolider leur position politique en Syrie».
Moyen-orient Dorothée Schmid, chercheuse spécialiste de la Turquie : «Avec l'offensive turque en Syrie, il y a un risque que Daesh reprenne ses opérations»

Ailleurs sur le web

Derniers articles