Brésil et Etats-Unis «sur la même longueur d'onde» concernant l'Amazonie

Le président brésilien Jair Bolsonaro le 29 août 2019 à Brasilia au Brésil [EVARISTO SA / AFP] Le président brésilien Jair Bolsonaro le 29 août 2019 à Brasilia au Brésil. [EVARISTO SA / AFP]

Le Brésil et les Etats-Unis pensent que la communauté internationale ne devrait pas avoir son mot à dire sur la manière de faire face aux feux qui ravagent l'Amazonie, a affirmé vendredi le ministre brésilien des Affaires étrangères Ernesto Araujo après une rencontre avec Donald Trump à la Maison Blanche.

«Je pense que nous sommes sur la même longueur d'onde, les gouvernements sont sur la même longueur d'onde», a dit M. Araujo à la Maison Blanche. A savoir, selon le ministre brésilien, que les deux pays rejettent ce qu'il a qualifié d'ingérence dans les affaires du Brésil de la part de gouvernements étrangers inquiets pour l'avenir de la forêt amazonienne.

M. Araujo était accompagné lors de sa rencontre avec M. Trump du fils du président Jair Bolsonaro, Eduardo, pressenti pour devenir ambassadeur du Brésil à Washington.

Le ministre a dit aux journalistes que l'entretien avait duré environ une demi-heure et qu'il témoignait du «caractère spécial» de la relation entre les deux pays sous Bolsonaro.

Déforestation en Amazonie [Nicolas RAMALLO / AFP]
 
Déforestation en Amazonie [Nicolas RAMALLO / AFP]

«Lui (Trump, ndlr) et le président Bolsonaro, et les deux gouvernements, partagent le point de vue selon lequel les pays sont souverains sur leur territoire», a-t-il dit.

Il a aussi affirmé que l'importance de la forêt amazonienne en tant que facteur unique dans la régulation du changement climatique était exagérée.

«Nous sommes conscients de l'importance de l'Amazonie pour le monde. Mais d'autres forêts sont (importantes) aussi, et d'autres écosystèmes», a-t-il ajouté.

Il a enfin minimisé l'importance de ces feux, assurant qu'ils étaient «dans la moyenne comparé à l'an dernier».

«Nous sommes en train de réussir à éteindre la plupart des feux», a-t-il déclaré.

À suivre aussi

Le logo de l'OTAN sur le pupitre du secrétaire général Jens Stoltenberg, lors d'une conférence de presse le 23 octobre 2019 à Bruxelles [Aris OIKONOMOU / AFP]
International Emmanuel Macron juge l'Otan en état de «mort cérébrale»
Photo fournie par la présidence iranienne montrant le président iranien Hassan Rohani (centre) à son arrivée à Téhéran, le 27 septembre 2019 [- / Iranian Presidency/AFP]
Nucléaire iranien Iran : la production d'uranium enrichi commencera «à minuit»
Les présidents chinois et français Xi Jinping et Emmanuel Macron ont réaffirmé mercredi à Pékin leur «ferme soutien» à l'accord de Paris sur le climat.
Diplomatie Climat : la France et la Chine réaffirment leur soutien «ferme» à l'«irréversible» accord de Paris

Ailleurs sur le web

Derniers articles